Nancy : le drôle de calendrier de l’avent en ligne des Paraboleurs vous offre chaque jour une fable africaine

Le collectif d’artistes du Grand-Est "Les Paraboleurs" propose chaque jour d’ouvrir une petite fenêtre virtuelle de leur drôle de calendrier "de l’avant" pour écouter une fable différente, rigolotte, et empreinte des valeurs universelles. Et ce jusqu’au 24 décembre 2020.
24 fables issues de dicton africains à écouter jusqu'à Noël
24 fables issues de dicton africains à écouter jusqu'à Noël © Les paraboleurs
En cliquant sur la première fenêtre du calendrier de l’avent virtuel, en ce matin du 1er décembre 2020, c’est un drôle de lutin qui apparaît sur l’écran. Un lutin africain, conteur de métier, assis confortablement dans son fauteuil auprès du sapin. La fable du jour nous emmène dans la rivière, suivre un jeune poisson insolent et désobéissant, qui n’écoute pas les conseils du vieux sage.
Chaque fable raconte l'histoire d'un petit animal, aux comportements étrangement humains
Chaque fable raconte l'histoire d'un petit animal, aux comportements étrangement humains © Les paraboleurs

Calendrier de l'avAnt

Avec son ton enjoué, Chyc Polhit, nous fait passer des messages essentiels, ceux que prônent les dictons africains sur lesquels se basent chacune des fables. Ainsi, l’histoire du jour finit par la petite phrase suivante : "Ce que le vieux voit assis, le jeune ne le voit pas debout".  

On a eu envie de créer ce calendrier pour faire réfléchir, mais de façon ludique et en musique, afin de mieux préparer le monde d’après, en 2021.

Chyc Polhit, conteur africain et lorrain d'adoption

Du coup, ce calendrier de l’avent, a été rebaptisé "calendrier de l’Avant avec un "a", comme "avant Noël", "avant un nouveau monde" qu’il nous faut créer maintenant en dépassant les clivages créés par les religions, ou les cultures", nous explique Chyc Pohlit. 
Myriam, dessinatrice, s'occupe de la mise en image des fables
Myriam, dessinatrice, s'occupe de la mise en image des fables © Les paraboleurs

Réunir enfants et parents

Les Paraboleurs auraient pu s’arrêter là, car ces histoires offertes gratuitement à tous, requièrent déjà beaucoup de temps et d’énergie. Mais ce serait mal connaître la bande d’amis, qui s’est fixé comme objectif de réunir les enfants et leurs parents en créant un moment d’échange. Ainsi  Myriam, la dessinatrice, Chyc le conteur, Aselme, David et Coco qui s’occupent de la musique, ont concocté pour chaque jour ouvert, des petits ateliers de bricolage en papier, en pâte à modeler, ou sous forme d’origami à faire en famille, et lié au fameux dicton. 

Je trouve cela très chouette. C’est très important de revenir aux vraies valeurs de respect, d’amour et de solidarité, que nous avons un peu perdues dans notre société.

Malika, maman de 2 enfants et professeure pour enfants malvoyants à Nancy.

Ainsi, la fable tirée du dicton suivant "plus le singe monte haut, et plus on voit son derrière", a pour but de parler des petits chefs, qui, en voulant en faire toujours plus, finissent par se ridiculiser. Tous les animaux africains vont passer par ce calendrier en ce mois de décembre, de la tortue, au margouillat, en passant par l’éléphant, le singe, et la hyène.

Des contes pédagogiques

Le calendrier de l’avant des Paraboleurs, reprend le principe des fables de Chycpolhit, vidéos publiées par le collectifs pendant le premier confinement, sur Youtube. A l’heure où les artistes voyaient leurs spectacles s’annuler les uns après les autres, ils n’ont pas baissé les bras, en ont créé des fables pour garder le lien avec leur public et continuer à être dans le mouvement.

Séduits par le concept, des enseignants les ont rejoint et les ont aidés à créer des fiches pédagogiques pour les écoles primaires et maternelles. Une belle synergie qui continue toujours aujourd’hui.
Le public peut participer à la réalisation du prochain livre de fable "zwingui le petit serpent" en faisant un don sur le site internet
Le public peut participer à la réalisation du prochain livre de fable "zwingui le petit serpent" en faisant un don sur le site internet © Les paraboleurs

Financement participatif

Un deuxième livre support est d’ailleurs en préparation. Après la tortue Babayagagogo, publié au printemps, il racontera l’histoire de Zwingui Zwingui le petit serpent qui voulait avoir des pattes. Les lecteurs peuvent participer à sa réalisation en faisant un don, ou en achetant le premier livre. Des supports non virtuels, mais qui sont essentiels pour faire vivre les artistes du collectif, afin qu’ils puissent continuer à faire des vidéos sur YouTube, en attendant de pouvoir rependre à nouveau le chemin de la scène qu’ils aiment tant !
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
noël événements sorties et loisirs livres jeunesse culture littérature livres histoire