Nancy : le street-artiste portugais Bordalo II offre un ours polaire à l'école Didion

Le street artiste a réalisé une tête d'ourson avec les matériaux recyclés. / © Eric Molodzoff - France 3 Lorraine
Le street artiste a réalisé une tête d'ourson avec les matériaux recyclés. / © Eric Molodzoff - France 3 Lorraine

Bordalo II a réalisé ces mercredi 19 et jeudi 20 février à Nancy une fresque en matériaux recyclés pour mettre en avant le combat contre la crise écologique. Il se définit comme artiste et activiste à la fois. 
 

Par Mayeul Aldebert

L'oeuvre a été dévoilée à 17h ce jeudi 20 février 2020 à Nancy.
Le street-artiste Bordalo II y a travaillé pendant deux jours pour Art dans Nancy (ADN). Il a réalisé une grande fresque en matériaux recyclés représentant un ours polaire. Le portugais dénonce dans ses œuvres les ravages des sociétés de consommation sur la nature.

Je veux que mes œuvres aient du sens, qu’elles invitent à réfléchir, qu’elles provoquent des réactions.
- Bordalo II, artiste

L'artiste de 33 ans à travaillé pendant deux jours pour réaliser son oeuvre / © Eric Molodtzoff - France 3 Lorraine
L'artiste de 33 ans à travaillé pendant deux jours pour réaliser son oeuvre / © Eric Molodtzoff - France 3 Lorraine

Parler aux enfants

C’est sur le mur de l’école maternelle Didion,  Rue Saint-Thiébaut, qu’il a décidé d’ériger sa sculpture.
"Je m’adresse à la nouvelle génération qui peut changer les choses et ne pas faire les mêmes erreurs que la génération précédente", insiste l’artiste. "Quand j’étais enfant on parlait vaguement du réchauffement climatique, c’était quelque chose de très lointain", se remémore-t-il," maintenant il est là. »

Exposé dans le monde entier

Arthur Bordalo est né à Lisbonne en 1987. Il voyage à travers le monde pour exposer ses œuvres composés d'objets de récupération et de déchets.
Cette fois ci, pour réaliser son ours polaire, il a acheminé les matériaux depuis le Portugal en profitant du camion qui transportait ses œuvres.
"Le circuit de recyclage en France est très difficile d’accès", avoue-t-il.
En espérant que son oeuvre, elle, durera plus longtemps que les objets récupérés qui la composent.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus