• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Nancy : le tournage d'un clip “vendredi 13” finit en garde à vue

La mauvaise blague du vendredi 13 se terminera devant le tribunal le 30 avril 2020. / © Rodix Parades, Tweet police 54
La mauvaise blague du vendredi 13 se terminera devant le tribunal le 30 avril 2020. / © Rodix Parades, Tweet police 54

La mauvaise blague de deux jeunes adolescents.  Pour le vendredi 13, dans la nuit de lundi à mardi 10 septembre ils tournent un clip "fantastic" dans les rues de Nancy. IIs devront répondre devant la justice de faits de violences volontaires aggravées.

Par Yves Quemener

A chaque fois le vendredi 13 revient avec son lot de superstitions. Et de peurs bleues. 
Ainsi, deux adolescents, mardi 10 septembre 2019 vers une heure du matin, ont l'idée de tourner un mini-film inspiré de "Vendredi 13" (une série américaine de films d'horreur)
Date prévue de sortie de la mini fiction: vendredi 13 septembre 2019 sur YouTube. 
Une histoire plutôt simple. Le réalisateur filme avec son téléphone portable.

Le guet-apens

Le comédien dépose un sac en pleine rue. Avec un pistolet en plastique et un masque, il doit faire peur à la première personne qui s'arrête devant le piège vidéo, le fameux sac.
L'autre blagueur est toujours là en train de filmer, le portable à la main.
Ça marche plutôt bien.  Un premier groupe de trois hommes prend peur et part en courant.
Dans la nuit noire de Nancy. 
Lorsque tout à coup : un chat noir traverse la route. Juste derrière lui une jeune femme s'arrête. Elle prend le sac. 
Ensuite, elle panique en voyant surgir le jeune faux-comédien. Armé et masqué. L'horreur. 
 

Épouvante-horreur-tribunal


La jeune femme compose le 17. Alertée, la police débarque à fond la caisse rue Isabey, le long de la voie ferrée à Nancy.  Gyrophare bleu et toutes sirènes hurlantes.
La menace. Les deux Youtubeurs de 19 et 20 ans sont interpellés. Puis placés en garde à vue. Séquence suivante : interrogatoire des policiers du Groupe d'appui judicaire (GAJ).
Les deux artistes sont remis en liberté le lendemain matin. 
Visiblement la jeune femme ne trouve pas ça drôle. Elle dépose plainte. Un arrêt de travail lui a été prescrit par son médecin. 

 

Chapitre final de cette mini série qui a tourné court : les deux vidéastes sont convoqués devant le tribunal de Nancy le 30 avril 2020.

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Écuroduc Vandoeuvre-lès-Nancy

Les + Lus