Nancy : un baromètre pour faire évoluer le réseau des pistes cyclables

La troisième édition du baromètre des villes cyclables vient d’être lancée partout en France. L’occasion pour les cyclistes de donner leur avis sur l’aménagement urbain en faveur des vélos et de faire bouger les lignes. Exemple dans le Grand Nancy où un projet ambitieux est à l'étude.

Depuis 2019, le vélo fait un retour en force dans l’espace public. Avec ou sans assistance électrique, il s’invite en ville mais aussi dans les zones périurbaines et il est perçu de plus en plus comme un moyen de locomotion à part entière. Encore faut-il pouvoir rouler en sécurité ou du moins en avoir le sentiment pour se lancer.

Pour connaître l’avis des usagers des deux roues, le Baromètre des villes cyclables a été imaginé par la Fédération des Usagers de la Bicyclette. Un baromètre bisannuel qui avait connu un grand succès en 2019 et qui revient sur le devant de la scène, en ce mois de septembre 2021, pour une troisième édition, après une crise sanitaire qui perdure et qui a redonné aux français le goût du vélo.

"Ce baromètre sert à ce que les usagers puissent donner leur ressenti sur la pratique du vélo dans leur commune, est-ce qu’ils se sentent en sécurité, y a-t-il assez de stationnement, de réparateurs, quels sont les points noirs et les bons points etc." explique Hadrien Fournet, porte-parole mobilités de l’association EDEN à Nancy qui fait la promotion de ce baromètre.

Au-delà de l’aspect consultatif, c’est aussi un levier pour faire bouger les collectivités qui peuvent s’appuyer sur un diagnostic concret des cyclistes.

Le diagnostic, Juliette l'a fait assez rapidement. Pour la rentrée, la Nancéienne a investi dans un vélo à assistance électrique pour ses déplacements domicile/travail : trois kilomètres, quatre fois par jour. Elle reste motivée malgré les mauvais côtés découverts avec une pratique régulière :

"Les voitures considèrent les pistes cyclables comme des parkings quand il ne s'approprient pas la piste en roulant. C’est le cas rue Jeanne d’Arc, même si les cyclistes ne sont pas tous exemplaires ! Ca reste aussi compliqué de rouler dans le vieux Nancy sur les pavés… On voit que la ville fait des efforts, mais elle pourrait en faire plus. Il faudrait par exemple des garages à vélo disséminés dans la ville et des incitations financières, type prime vélo", témoigne la jeune cycliste.

Régulièrement les cyclistes dénoncent les conditions de circulation pour les vélos à Nancy notamment sur la page Facebook Nancy à vélo.

Ce qui manque à Nancy, c’est un maillage continu de pistes cyclables efficaces et rapides, qui permette de distribuer tous les quartiers.

Hadrien Fournet, porte-parole mobilités de l’association EDEN

Le manque de cohérence, c'est ce sur quoi tous les usagers de la route s'accordent.
C'est aussi ce que dénonce Hadrien Fournet, porte-parole mobilités de l'association écologiste EDEN à Nancy : 

"Il y a deux ans, il y eu un frémissement à Nancy, mais le plus gros des efforts a été fait sur des pistes temporaires, rue Jeanne d’Arc et rue de la Libération. Ça n’est pas le chamboulement qu’on attendait. Ce qui manque à Nancy, c’est un maillage continu de pistes cyclables efficaces et rapides, qui permettent de distribuer tous les quartiers" martèle Hadrien Fournet.

200 km de pistes cyclables pour 2026

Un plan vélo est justement au programme de Mathieu Klein, maire de Nancy et président de la Métropole. Le Grand Nancy a ainsi prévu d’aménager 200 km de pistes cyclables sécurisées d’ici 2026, contre une soixantaine actuellement ainsi que des parkings relais.

On remet tout à plat, on part de l'existant et on voit comment le rendre cohérent.

Laurence Wieser, conseillière déléguée aux mobilités actives à la métropole du Grand Nancy

Une grande concertation est en cours à la métropole du Grand Nancy pour revoir complètement le schéma des mobilités en incluant tous ceux qui se partagent la route.

"Depuis avril, on essaie de faire comprendre à nos interlocuteurs lors de nos ateliers que l'un n'est pas l'ennemi de l'autre, que l'on est parfois piéton, parfois cycliste, automobiliste et qu'il nous faut penser un schéma de mobilité cohérent pour tous", nous explique Laurence Wieser, madame vélo (et piéton) à la métropole. "On essaie de penser à un réseau idéal avec des pistes sécurisées et séparées, on remet tout à plat, mais on part de l'existant et on voit comment le rendre cohérent".

Un projet ambitieux pour lequel plusieurs chantiers vont voir le jour d'ici la fin de l'année :

D'autres chantiers sont prévus à Art-sur-Meurthe, Tomblaine et sur le contournement de Malzéville.

"On parle de 200 km de pistes cyclables, mais ça peut être plus, tout est en cours de réflexion, ce que nous faisons là est inédit au niveau du Grand-Nancy", précise Laurence Wieser. Pour la conseillière, le baromètre des villes cyclables est un outil intéressant, qui permet de confirmer certains points noirs déjà identifiés par exemple.

L'association EDEN qui participe à cette concertation de la métropole sur les mobilités urbaines attend de juger sur pièce les réalisations mais évoque une volonté nouvelle et de bons indicateurs.

Une vélorution le 25 septembre à Nancy

En attendant la révolution du vélo dans le Grand Nancy, les amoureux du 2 roues ont rendez-vous le 25 septembre place Charles III à Nancy pour la Vélorution, une manifestation familiale et festive pour fêter le vélo et les mobilités douces et en faire la promotion.

Sur la Métropole, 50% des trajets font moins de 3 km et seuls 3 déplacements sur 100 sont effectués à vélo, il y a encore du boulot pour faire bouger les lignes.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vélo économie transports société