Nouveau confinement, les réactions des enseignants et des parents d'élèves lorrains.

Le chef de l’Etat a annoncé mercredi 28 octobre 2020 sa décision de laisser les écoles, collèges et lycées ouverts pendant cette nouvelle période de confinement. Cela se fera au prix d’un protocole sanitaire renforcé.

© Eric Molodtzoff/Frzance3 Lorraine

Le chef de l’Etat a annoncé mercredi 28 octobre 2020 lors de son allocution sa décision de laisser les écoles, collèges et lycées ouverts pendant cette nouvelle période de confinement. Cela se fera au prix d’un protocole sanitaire renforcé.

"Nos enfants ne sauraient être durablement privés d’instruction, d’éducation, de contact avec le système scolaire"

Emmanuel Macron, Président de la République française


Le but est d’éviter les décrochages d’élèves constatés lors du premier confinement et de permettre aux parents d’aller travailler. Si le monde éducatif est satisfait de cette décision, il se pose de nombreuses questions sur les moyens qui seront mis en oeuvre pour acueillir les élèves dans de bonnes conditions de sécurité et d'enseignement.

Nous ne pouvons pas pousser les murs

Les syndicats d'enseignants expriment leurs inquiétudes sur la mise en œuvre du protocole sanitaire renforcé. La rentrée est dans quatre jours et Le SNES-FSU s’interroge sur les moyens à mettre en œuvre pour appliquer les règles de distanciation physique.
 

« Comment maintenir la distanciation physique dans les classes si on accueille tout le monde ? Nous ne pouvons pas pousser les murs »

Henri Lostette, co-secrétaire général académique SNES-FSU

Le syndicat regrette que les deux derniers mois n'aient pas été mis à profit pour préparer les établissements à un nouveau confinement qui était pourtant prévisible. Il demande aussi au ministère de l'Education Nationale de stopper sa politique de suppressions de postes malvenue en période de crise sanitaire. 

Nous voulons que nos enfants étudient mais pas à n’importe quel prix

Si la Fédération des Conseils de Parents Elèves accueille favorablement la décision de maintenir les établissements scolaires ouverts, elle aussi partage les inquiétudes du SNES-FSU.

« Si les cours ont lieu à effectifs réduits, il faut du personnel supplémentaire »

Mustafa Ozcelik, Président de la fédération des conseils de parents d'élèves du Grand est

Autre motifs d'inquiétudes exprimées par la FCPE: comment vont s'organiser les passages à la cantine, les récréations et les transports scolaires ? Enfin quels moyens seront mis en place pour les élèves vulnérables ou cas-contact et qui ne pourrons pas se rendre à l’école.

Masques et sanitaires

La FCPE réitère sa demande de mettre en place rapidement des sanitaires mobiles afin de multiplier les points de lavages des mains dans tous les établissements scolaires.
Elle demande aussi la prise en charge du coût des masques désormais obligatoires en primaire. Une charge qui pèse lourd dans le budget des familles déjà confrontées à la baisse de leur pouvoir d’achat.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus - confinement : école à la maison santé société éducation emmanuel macron politique région grand est