Perdus de vue depuis 14 ans, une Nancéienne et son père sans-abri se retrouvent grâce à une mobilisation sur le net

Ils avaient rendez-vous ce dimanche 17 janvier à Nancy. Patrice Perez, sans-abri de 64 ans, a bénéficié d’un formidable élan de solidarité pour retrouver sa fille qu’il n’avait pas vue depuis 14 ans. L’appel lancé sur les réseaux sociaux par deux habitantes de Lesparre en Gironde a abouti.

Sur le quai d’une gare de Nancy gelée à la nuit tombée avec dix minutes...et quatorze ans de retard, le père et la fille s'embrassent. Patrice, sans-abri de 64 ans, a fait le chemin depuis Bordeaux avec ses deux bienfaitrices qui ne voulaient pas rater la rencontre.

C’est avec Christelle Quillet, patronne d’un dépôt-vente à Lesparre, une commune de 5000 habitants du nord de la Gironde que tout commence. "On est euphoriques", raconte-t-elle sur la route pour arriver à Nancy.
Alors que le froid sévit, elle discute avec Patrice Perez, à la rue depuis 30 ans, et l’invite à rentrer dans sa boutique pour se réchauffer. "Il avait fait -6 dans la nuit. Ce n’est pas habituel chez nous. Il m’a dit bonjour madame, bonne année. Je lui ai proposé de se réchauffer mais ce n’était pas suffisant. J’ai appelé une amie et on s’est dit est-ce que ce soir on est capable de rentrer, de nous assoir sur notre canapé au chaud et de faire comme si de rien n’était ?"
Avec Virginie, elles initient une chaîne de la solidarité. Leur cagnotte Leetchi récolte près de 900 euros, le Département de la Gironde propose trois nuits d’hôtel, La Croix-Rouge des vêtements. Une coiffeuse coupe les cheveux de Patrice gratuitement.

"On a pas l’impression d’avoir fait quelque chose d’extraordinaire"

Virginie Rascar

Sa fille le recherchait aussi

Mais le conte de Noël ne s’arrête pas là. Car Patrice recherche sa fille. Après pas mal de galère dans la vie, il est devenu SDF et Aurore est placée quand elle a 12 ans. Un message sur Facebook, 400 partages, et deux heures plus tard, la jeune femme qui a désormais 26 ans et habite Nancy, est identifiée.


Sa fille le recherchait depuis longtemps: "J'avais appelé toutes les mairies mais je n'avais aucune réponse. J'étais très émue. J'étais une adolescente. Je suis une jeune femme. Il y a beaucoup de choses à rattraper."
Qu’est-ce Patrice va dire à sa fille quand ils pourront se parler plus longuement? "ah ça, c’est mon secret !".
Pour Aurore, "après 14 ans, on ne sait pas comment se dire les choses. Mais on va y arriver. Un père et ça fille, ça reste quelque chose".

L'histoire continue

Ses deux bonnes fées, elles, vont trouver le dépôt-vente bien vide. "Pendant une semaine, on a été portées. Il est très énergivore, très chronophage mais très attachant. On était en mode robotique pour lui obtenir des choses. On avançait au jour le jour, heure par heure même."
Porté par cet élan, Patrice veut essayer reconstruire sa vie. L’assistante sociale de Lesparre s’est démenée pour refaire ses papiers d’identité et lui monter un dossier d’aides. Lundi, il a rendez-vous avec les services sociaux à Nancy pour trouver des solutions pour reprendre pied.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société réseaux sociaux sdf social économie internet