• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Pont-à-Mousson: le CCE de Saint-Gobain PAM lance une procédure d'alerte faute d'obtenir le nom d'un repreneur

Le site historique de Saint-Gobain PAM à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) est-il menacé ? / © Dominique Duforest. France 3 Lorraine
Le site historique de Saint-Gobain PAM à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) est-il menacé ? / © Dominique Duforest. France 3 Lorraine

Ce mardi 23 avril 2019, syndicats et direction de l'entité historique de Saint-Gobain PAM à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) se sont réunis pour un comité central d'entreprise afin d'évoquer l'avenir du site industriel et une éventuel partenaire industriel. Le CCE a lancé une procédure d'alerte.

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

Le comité central d'entreprise (CCE) de Saint-Gobain Pont-à-Mousson SA s'est ouvert ce mardi 23 avril 2019 à 10h avec comme point principal à l'ordre du jour : la situation économique et la recherche d’un partenariat pour le secteur des canalisations.

C'est précisément sur la deuxième partie de ce point que les syndicats (et les élus qui sont allés en parler à Bercy) font part de leur inquiétude.
La possibilité d'une cession partielle de l'activité à un repreneur chinois est depuis quelques semaines dans tous les esprits. Et ce scénario s'accompagne de très nombreuses interrogations, notamment sur l'avenir industriel du site historique situé entre Blénod et Pont-à-Moussson.
A l'occasion de la réunion, la direction a évoqué l"existence de "cinq à six candidats au partenariat dont des européens" et a promis" d'être exigeante sur les conditions industrielles de ce partenariat".
Mais faute d'avoir obtenu la moindre information concluante et notamment aucun nom de repreneur, le CCE a lancé une procédure d'alerte avec nomination d'un cabinet d'expertise "pour examiner la situation de l'entreprise et les conditions du partenariat".

Pour un repreneur européen

Les syndicat ont réaffirmé leur volonté de préserver l'emploi alors même que 400 postes sont actuellement en cours de suppression.
Ils demandent également le maintien des hauts-fourneaux, les deux derniers encore en activité en Lorraine.
Et sans ambiguïté, leur choix, en cas de cession, est celle d'un repreneur européen à projet industriel.

Fonctionnant à tour de rôle, les hauts fourneaux de Saint-Gobain PAM ont produit environ 200.000 tonnes de fonte en 2018 alors qu'ils sont en mesure, lorsque les deux sont en pleine activité, d'en produire 600.000 tonnes...

La direction du site a annoncé qu'elle ne s'exprimerait pas à l'issue de la réunion, n'ayant "rien à ajouter à ce qui avait déjà été communiqué."
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Écuroduc Vandoeuvre-lès-Nancy

Les + Lus