Nancy : après un refus d'obtempérer, un policier fait feu sur une voiture

Publié le Mis à jour le
Écrit par Yves Quemener .

A Nancy, un homme a mis en danger la vie d'un policier en lui fonçant dessus à bord d’un véhicule volé. Le policier a été obligé de faire usage de son arme à feu. Le conducteur, un détenu en cavale, conduisait sans permis de conduire et sous l’emprise de stupéfiants.

A Nancy, (Meurthe-et-Moselle), dans le quartier de la rue du Maréchal de Lattre de Tassigny, dans la nuit du vendredi 30 septembre au samedi 1er octobre 2022, un homme circulant dans une voiture volée, a refusé de s’arrêter à un contrôle de police. Il s'agit d'un détenu en cavale, récidiviste, sans permis, conduisant sous l'emprise de stupéfiants. Lire les dernières précisions données par le procureur de la République, ce dimanche 2 octobre.

Il n'était pas titulaire du permis de conduire

En fuite, l'homme était recherché car il s'était évadé du centre de détention de Maxéville en passant sous le grillage lors d'une promenade le 28 septembre 2022. Il n'était pas titulaire du permis de conduire. En refusant de s’arrêter et en faisant une marche arrière de 50 mètres, il a tenté de percuter violemment un policier âgé d'une trentaine d'années.

Un refus d’obtempérer qui aurait pu être dramatique, le policier aurait été contraint de faire usage de son arme à feu. Le conducteur a rapidement été interpellé par la brigade anti-criminalité de nuit de Nancy.

Dans la soirée, le syndicat Unité SGP Police FO 54 dans un communiqué "apporte son entier soutien au collègue que cet individu déterminé a tenté de percuter délibérément".Dans son texte, Unité Police FO 54 "salue le courage, le sang-froid et la réactivité du fonctionnaire qui est parvenu à éviter le choc in extremis".

En 2020, l' Observatoire national interministériel de la sécurité routière , avait constaté une hausse de 16,5 % des refus d’obtempérer, avec 26.589 cas recensés. En France avec neuf morts depuis le début de l’année, la question est devenue un sujet majeur du débat politique et sécuritaire.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité