Toul : un appartement d'urgence pour les femmes victimes de violences, financé grâce à des maisons en pain d'épices

En France, les féminicides par des conjoints ou des ex-conjoints ont provoqué 146 décès en 2019, soit une femme tuée tous les 2,5 jours. Pendant le confinement les dispositifs d’aide restent actifs  A Toul, un appartement d'urgence sera opérationnel début 2021.
Des maisons en pain d'épice pour financer un hébergement d'urgence
Des maisons en pain d'épice pour financer un hébergement d'urgence © Zonta club de Toul
À Toul, le Zonta club vend des maisons en pain d'épice pour financer l'aménagement d'un appartement d'urgence pour les femmes victimes de violences et leurs enfants. Il s'agit d'un lieu mis à disposition par la commune pour lequel, l'association aura pour mission l'ameublement, mais aussi de remplir le réfrigérateur. Le CCAS sera chargé de sa gestion  L'appartement sera opération début 2021.

Cela faisait des années que l'on essayait d'avoir un appartement.

Danièle Varnerot, présidente du Zonta club de Toul

Avec le confinement, le Zonta club de Toul a un peu plus de mal pour trouver des financements. Les traditionnelles soupes vendues sur le marché et offertes par les restaurateurs habituellement font défaut cette année. Seuls quatre restaurants sur les 18 habituels ont répondu à l'appel. Pour autant les bénévoles n'ont rien lâché. Ils se sont mis à la fabrication de maison en pain d'épices. Et les commandes affluent.  

D'autres initiatives en Lorraine

En cette journée  internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, on peut noter d'autres actions en Lorraine, comme la signature du premier contrat local sur les violences sexistes en préfecture de Meurthe-et-Moselle. 

De son côté, la gendarmerie des Vosges publie un document : Vous n'êtes pas responsable. Vous pouvez demander de l'aide.

Les dispositifs restent actifs

Ce sont des chiffres terribles et une réalité qui l'est encore plus.
Pendant le premier confinement, les violences faites aux femmes, en France, ont été en nette augmentation. Les préfectures rappellent les dispositifs qui restent actifs pour venir en aide aux victimes : se rendre dans une pharmacie (sans attestation) mais aussi appeler le 17 ou utiliser le 114 par SMS. Pour un hébergement, appeler le 115. On peut signaler un fait de violences sur Internet avec un tchat non-traçable 24 heures/24 via la plateforme arrêtonslesviolences.gouv.fr

De nouveaux outils 

Face à cette augmentation des violences faites aux femmes, des associations ont imaginé de nouveaux outils. Le site Make.org avec 35 associations et 26 entreprises lancent quatre initiatives décisives pour lutter contre les violences faites aux femmes. 
"Mémo de vie", "Chouette pas chouette", "Comprendre pour mieux agir", "Abri d'urgence" : ces quatre actions de la Grande Cause "Stop aux violences faites aux femmes" sont issues d'une consultation citoyenne ayant réuni 400.000 participants.
© memo-de-vie.org

 Hausse de 32 % de signalements en matière de violences conjugales en région, et de 36 % en Ile-de-France

Extrait du rapport de la Fondation des Femmes publié le 25 novembre 2020

Le rapport de la Fondation des Femmes

Pendant le confinement, la Fondation des Femmes avait lancé un fonds d’urgence pour venir en aide aux femmes victimes de violences. Elle publie ce  25 novembre son rapport.  Elle y écrit, concernant le premier confinement : "Un double phénomène a pu être observé pendant le confinement, à la fois une aggravation des situations violentes du fait du confinement, et un effet 'déclencheur' du confinement sur les signalements de situations de violences, notamment par les proches. Le confinement a bien sûr rendu plus difficile à la fois le repérage, la protection et l’accompagnement des victimes de violences conjugales, et les chiffres en attestent. Ainsi, cette période a laissé apparaître une hausse sensible du nombre de victimes de violences intrafamiliales enregistrées par les forces de sécurité : hausse de 32 % de signalements en matière de violences conjugales en région, et de 36 % en Ile-de-France." Le déconfinement, lui, a vu perdurer les mauvaises habitudes : "Au sortir du confinement, les associations ont noté une nouvelle demande de la part des victimes. Celles qui ne s’étaient pas enfuies dans l’urgence du confinement ont cherché rapidement des modalités de sortie des violences. Les associations se sont ainsi trouvées davantage sollicitées pendant cette période. Mais force est de constater que la réactivité saluée durant le confinement a fait figure d’exception et que, dès le déconfinement arrivé, les mauvaises habitudes ont repris place."

D’après l’enquête Cadre de vie et sécurité, en 2019, au niveau France entière (y compris les collectivités d’outre-mer), les forces de sécurité ont enregistré un peu plus de 142.000 victimes de violences commises par leur partenaire (soit une hausse de 16 % sur un an), dont près de 126 000 femmes.  Plusieurs manifestations ont lieu sur les réseaux sociaux et dans la rue. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
femmes société violence conjugale