Un Nancéien champion du monde de pole dance : "la discipline n'est pas réservée aux femmes"

En l'espace de six mois, il a raflé tous les titres jusqu'à celui de champion du monde de Pole dance dans la catégorie amateur senior. Sébastien Geraldes Bernardino, infirmier en réanimation, n'a pourtant commencé cette discipline qu'il y a deux ans. Il milite pour l'ouverture de la pole dance à tous.

Sébastien Geraldes Bernardino a encore un peu de mal à réaliser. Il y a quelques jours en Finlande, il a été sacré champion du monde amateur de pole dance. Il vous dira qu'il n'avait pas d'adversaire et qu'il se sent un peu illégitime, mais le jury lui était bien là pour évaluer les figures et les difficultés techniques et artistiques réalisées par le jeune homme de 28 ans.

Il y a encore trop de clichés qui entourent cette discipline

Sébastien Geraldes Bernardino, pole dancer

Le Nancéien obtiendra au final 14 points de plus qu'au championnat d'Europe en juin dernier. Avec les championnats de France en mai, c'est un magnifique triplé que s'est donc offert Sébastien Geraldes Bernardino qui aura tout gagné en six mois à peine.

Mais son principal combat est ailleurs, il souhaite lutter contre les préjugés existants autour de la pole dance.

"Je suis devenu un vrai défenseur de la pole, si je n'ai pas eu de concurrent en amateur aux championnats du monde, c'est parce que les hommes sont encore peu nombreux. Il y a encore trop de clichés qui entourent cette discipline avec le côté sexy et talons, oui ça existe, mais il y a aussi la pole sport et artistique très proche de la gymnastique."

Du bloc à la barre

Sébastien est infirmier en réanimation au CHU de Nancy, lui aussi avait un tas de préjugés sur la pole dance. C'est sa meilleure amie, pratiquante, qui le pousse à essayer au studio de Maxéville, il est tout de suite mordu :

"J'aime la rigueur des figures, la création artistique, manger la scène pendant 3mn 30."

Avant de toucher à la barre verticale, l'infirmier a fait de l'aviron et de la salle de sport, il regrette de ne pas avoir l'expérience de la gymnastique mais il connaît un peu la scène pour avoir fait du théâtre et de la chorale.

"La première fois, c'était difficile d'être seul et très peu vêtu, d'autant que je suis plutôt pudique. Au final, c'est un sport qui m'a beaucoup aidé à m'accepter et c'est important de dire que c'est adapté à tout le monde."

Quand il ne s'entraîne pas à la barre, Sébastien est surtout infirmier en réanimation au CHU de Nancy.

"Pratiquer la pole, ça m'aide aussi à décrocher du travail quand je n'y suis pas, j'oublie tout. Au début mes collègues ont beaucoup ri, maintenant, ils sont impressionnés et je suis en train de les motiver pour essayer."

Les clichés

Contrairement à ce que l'on croit souvent, la pole dance n'est pas née dans les clubs de strip-tease mais dans les cirques forains itinérants du Canada dans les années 20. La pole version clubs de strip-tease devient très populaire dans les années 70/80 en particulier aux États-Unis.

Il ne faut pas forcément être jeune ou musclé pour s'y mettre

Sébastien Geraldes Bernardino

Depuis les années 90, c'est une discipline sportive et artistique en grande partie pratiquée par des femmes. Il existe plusieurs catégories : la pole sport ou dance fitness, la pole artistique, la pole sexy ou exotique.

"C'est une discipline en plein développement qui va plaire aux jeunes qui sont plus ouverts d'esprit. Il faut que les gens sachent qu'il ne faut pas forcément être jeune ou musclé pour s'y mettre. Au départ, on apprend les figures de base au sol et petit à petit, on peut faire des progrès et se révéler."

Ce sport très complet sollicite à la fois la force, la souplesse et la fluidité.

Autre préjugé, si les pole dancers sont en grande partie dénudés, c'est pas pour le plaisir des spectateurs mais parce que la peau doit être nue pour accrocher la barre verticale (pole en anglais).

Depuis 2022, la pole dance est reconnue par la Fédération Française de Danse. Depuis 2017, elle est reconnue comme un sport par l'Association mondiale des fédérations internationales de sport. On compte plusieurs dizaines de milliers de licenciés et plus de 200 écoles de pole dance en France.