Victoire obligatoire pour l'AS Nancy-Lorraine contre Dunkerque

Bon dernier de ligue 2, l'AS Nancy-Lorraine joue un match capital ce samedi 19 février en recevant l'avant-dernier Dunkerque au stade Marcel-Picot. Seule la victoire permettrait à l'ASNL d'entretenir l'espoir d'un maintien.

Dans la situation sportive dans laquelle se trouve l'ASNL, c'est le genre de match à ne pas manquer. Les nancéiens, bons derniers de ligue 2 avec un total de 17 points, reçoivent l'avant-dernier du classement Dunkerque qui pour sa part compte 24 points. Les deux plus mauvais élèves de la classe qui s'affrontent, forcément malheur au vaincu. Gagner pour prendre les 3 points mais aussi se rapprocher de l'adversaire du soir, afin d'entretenir l'espoir de se maintenir en ligue 2. En conférence de presse vendredi 18 février, Albert Cartier l'entraîneur n'a pas caché l'importance de ce rendez-vous :" On est face à nos responsabilités. Pour nous c'est le match qu'il faut gagner, pour Dunkerque c'est le match qu'il ne faut pas perdre.

On est face à nos responsabilités. Pour nous c'est le match qu'il faut gagner,

Albert Cartier, entraîneur de l'ASNL

On a l'envie de ne pas concéder de but, quand on veut se sauver il faut commencer par ça".

Une victoire et rien d'autre pour les supporters

Du côté des supporters, "seule la victoire est envisageable." nous a confié Kilian Valentin le président du club de supporters du Saturday FC à quelques heures du match."Tout autre résultat nous mettrait les deux pieds en National. C'est un match plus que capital. C'est maintenant qu'on va voir si les joueurs appliquent ce qu'ils disent depuis des semaines". 

C'est un match plus que capital. Tout autre résultat qu'une victoire nous mettrait les deux pieds en National

Kilian Valentin, président du Saturday FC

Après la claque reçue à Valenciennes, lors des deux dernières rencontres de championnat face à Caen et à Auxerre, l'ASNL a montré des signes d'amélioration en concédant moins de buts et en obtenant à chaque fois le match nul 1 partout. En revanche, dans ces deux rencontres les joueurs d'Albert Cartier avaient ouvert la marque avant d'être rejoints par leurs adversaires. Un scénario qu'il conviendra de ne pas réitérer face à Dunkerque.