VIDEO. La gratuiterie, une démarche écolo, anti-gaspi, "cela nous permet de nous rhabiller gratuitement"

durée de la vidéo : 00h01mn51s
Des objets à prendre ou à laisser sur le principe simple de : tout est gratuit. Samedi 21 octobre, une habitante de Rozelieures en Meurthe-et-Moselle organisait sa deuxième "gratuiterie". ©France Télévisions

Des objets à prendre ou à laisser, sur le principe simple de : tout est gratuit. Samedi 21 octobre, une habitante de Rozelieures en Meurthe-et-Moselle organisait sa deuxième "gratuiterie".

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

C’est un peu une brocante dans laquelle tous les objets sont gratuits. Samedi 21 octobre, une habitante de Rozelieures en Meurthe-et-Moselle organisait sous le porche de sa maison, la 2ᵉ édition de sa "gratuiterie". Ici, on peut déposer tous les objets, dont on a plus l’usage, à la seule condition qu’ils soient propres et en bon état. On peut aussi venir y prendre ce dont on a besoin, sans restriction et sans argent.

Marie-Hélène avait déjà vu fonctionner ce type d’initiative. Elle a décidé d’en créer une dans son village : "face à la situation écologique, mais aussi parce que des personnes en ont besoin, en raison de l’inflation, je me suis dit pourquoi pas faire quelque chose à mon échelle. J'ai créé la "gratuiterie". Elle ajoute : "il n’y a pas d’obligation d’apporter quelque chose. C’est gratuit, ce n'est pas un échange. Les gens, qui veulent faire le tri chez eux, plutôt que d’aller encombrer les déchetteries, peuvent venir. Tout ce qui est utile, en bon état, qui peut avoir une nouvelle vie, on le dépose ici. Ils peuvent en profiter pour prendre d’autres choses. Les personnes peuvent venir les mains vides et prendre tout ce qui les intéresse, tout ce dont elles ont besoin ou qui leur plaît. Tout ce que l'on demande, évidemment, est de ne pas revendre après".

Une solution économique et anti-gaspi

Ce jour-là, son porche ne désemplit pas. Il y a ceux qui déposent et qui en profitent pour récupérer des petites choses comme Audrey. "Je viens pour déposer ce qui est en surplus à la maison, plutôt que de jeter. On est trop dans la surconsommation. J'en profite pour récupérer des puzzles incomplets, des jeux de cartes pour faire des escapes Games à mes enfants", dit-elle.

Pour Oriane, la démarche est aussi une question anti-gaspi : "j’ai déposé des chaussures adultes, des vêtements adultes et des affaires de cuisine. J’avais pas mal de trucs, quasi-neufs, qui ne me servent absolument pas. C’était l’occasion de les donner et ça repart automatiquement. Et puis, les enfants ont toujours plaisir à trouver des petites bricoles".

Nathalie, elle, a découvert cette "gratuiterie" avec son fils Clément : "cela nous permet de nous rhabiller gratuitement plutôt que d’acheter des vêtements très chers en magasin".

La "gratuiterie" de Rozelieures accepte tout sauf les gros meubles. Elle est à nouveau en accès libre mercredi 25 octobre, l’après-midi.