TEMOIGNAGES. Le cosplay a transformé la vie de ces adolescents, "j’ai enfin commencé à m’assumer, pourtant ça n’est pas simple quand on vient d’un village paumé"

Publié le Mis à jour le

Ils ont entre 15 et 18 ans et le cosplay a changé leur vie. Ce week-end, ces jeunes cosplayeurs ont arpenté les allées du Longwy Game Show sous les traits de leurs personnages de pop-culture favoris. Rencontre avec ces ados lorrains pour qui le cosplay est un moyen d’émancipation.

Pour Laurian, Aiden et Flore, le cosplay a été une révélation. Depuis des mois, voire des années, ils achètent ou créent eux-mêmes d’incroyables costumes, qu’ils revêtent lors de conventions ou de salons dédiés à la pop-culture comme le Longwy Game Show, en Meurthe-et-Moselle. Dès qu’ils le peuvent, ces cosplayeurs adoptent l’apparence et le comportement de leurs personnages de films, animés, jeux vidéo ou mangas favoris.

Le cosplay c’est un peu du théâtre, ça me permet de changer d’apparence, de caractère, d’univers, en somme d’être une autre personne et j’aime beaucoup ça.

Laurian, lycéenne de 15 ans et cosplayeuse

Chez Laurian, 15 ans, le cosplay est une affaire de famille. Sa grande sœur, 18 ans, et son grand frère, 21 ans, sont déjà des cosplayeurs aguerris. C’est donc tout naturellement que la jeune fille, fan de la culture japonaise, est tombée dans la marmite. “C’est un mode de vie pour moi maintenant et dès que je m'ennuie chez moi, à Longwy, je me cosplaye”, s’amuse Laurian. Aujourd’hui Laurian est Hatsune Miku, une chanteuse virtuelle très populaire au Japon. “Le cosplay c’est un peu du théâtre, ça me permet de changer d’apparence, de caractère, d’univers, en somme d’être une autre personne et j’aime beaucoup ça”, argumente la lycéenne en classe de seconde.

Grâce au cosplay, j’ai enfin commencé à m’assumer, pourtant ça n’est pas simple quand on vient d’un village paumé, avec deux moutons et trois habitants.

Flore, étudiante de 18 ans et cosplayeuse

Ce week-end au Longwy Game Show, Laurian a rejoint une de ses copines, Flore. Elle aussi est cosplayeuse et la soutient complètement dans sa démarche. “Hatsune Miku est un personnage très extraverti, à l’inverse de Laurian qui est une fille très timide en temps normal. Le fait de devoir rentrer dans ce personnage, ça la booste et elle va forcément prendre de plus en plus confiance en elle”, soutient Flore. L’étudiante de 18 ans suit depuis quelques mois une formation en tatouage artistique à Longwy mais elle a grandi à Fillières, une commune de 500 habitants à quelques kilomètres de Villerupt (Meurthe-et-Moselle). “J’ai un style un peu extravagant et grâce au cosplay, j’ai enfin commencé à m’assumer, pourtant ça n’est pas simple quand on vient d’un village paumé, avec deux moutons et trois habitants”, ironise la jeune femme.

Le cosplay c’est un moyen de s’évader, de rencontrer de nouvelles personnes et ça aide beaucoup à s’accepter.

Flore, étudiante de 18 ans et cosplayeuse

Flore arpente les allées du Longwy Game Show sous les traits de Runa dans le manga Gambling School, un personnage joyeux et drôle, accro aux jeux vidéo et aux bonbons. “Runa fait des idioties dès que possible, alors que les autres personnages du manga sont très sérieux. Le cosplay c’est un moyen de s’évader, de rencontrer de nouvelles personnes et ça aide beaucoup à s’accepter”, insiste l’étudiante. Hier, Flore est même montée pour la première fois sur scène: “C’est la première fois que je participe à un concours, que je défile. Je sais déjà un petit peu coudre donc la prochaine étape c’est de fabriquer mon cosplay moi-même”, s’enchante la jeune fille.

J’aime beaucoup sa façon de voir la vie et de concevoir une société égalitaire, Legoshi veut que les herbivores et carnivores soient égaux, je me reconnais là dedans.

Aiden, lycéen de 16 ans et cosplayeur

Aiden, lui aussi, se métamorphose en des personnages dont il apprécie une caractéristique physique ou la personnalité. Le jeune homme a déjà cosplayé une quarantaine de figures de la pop-culture. Cette fois-ci, l'adolescent de 16 ans est Legoshi, le personnage principal du manga Beastars, dont le scénario se déroule dans une société d'animaux anthropomorphes, où herbivores et carnivores cohabitent mais sont tiraillés par leurs instincts primaires. Legoshi est un jeune loup gris lycéen qui se bat pour l’égalité de tous. “J’aime beaucoup sa façon de voir la vie et de concevoir une société égalitaire, Legoshi veut que les herbivores et carnivores soient égaux, je me reconnais là dedans”, explique le jeune cosplayeur qui adhère à cette idéologie antispéciste.

Maintenant je vis pour ça, je couds mes cosplay, je fabrique mes accessoires et j’aimerais un jour en faire mon métier en créant des costumes pour des sociétés de jeux vidéo.

Aiden, lycéen de 16 ans et cosplayeur

Le lycéen a embrassé le monde du cosplay en 2020, pendant le confinement. Alors qu’il s'ennuie chez lui à Thionville (Moselle), il découvre cet étrange univers un peu par hasard: “Je regardais les animés et des vidéos sur TikTok et j’ai tout de suite accroché. C’est une merveille d’échanger avec d’autres cosplayers, de pouvoir parler de pop-culture, de nos univers. Le cosplay a été une révélation pour moi, j’étais très timide, ça m’a ouvert aux autres tout en m’apportant énormément de choses”.

En deux ans, le cosplay a complètement transformé la vie d’Aiden: “Depuis, j’essaye de me rendre à tous les événements de cosplay de la région et dans le Grand Est, il y a une vingtaine de salons de cosplay par an. Maintenant je vis pour ça, je couds mes cosplay, je fabrique mes accessoires et j’aimerais un jour en faire mon métier en créant des costumes pour des sociétés de jeux vidéo", rêve l’adolescent.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité