Meuse : le monument des déportés de Ligny-en-Barrois vandalisé pour la seconde fois

le monument des déportés de Ligny-en-Barrois (Meuse) a été vandalisé pour la seconde fois jeudi 4 mars 2021. Ce sont des employés de la mairie qui ont constaté les dégâts. Un des deux hommes statufiés a été décapité. La tête a été récupérée et mise à l’abri. Une manifestation a lieu samedi.

Le monument des déportés de Ligny-en-Barrois vandalisé
Le monument des déportés de Ligny-en-Barrois vandalisé © Pierre Lefèbvre

Le monument des déportés de Ligny-en-Barrois en Meuse a été vandalisé, pour la seconde fois, jeudi 4 mars 2021. Ce sont des employés de la mairie qui ont constaté les dégâts. Un des deux hommes statufiés a été décapité. La tête a été récupérée et mise à l’abri.

C’est la deuxième dégradation volontaire commise sur le monument. La première c’était le 20 novembre 2018.

Pierre Lefèvre, Président de l’association des déportés de Meuse

L’association des déportés se réunira ce samedi 06 mars à 14h en présence de Jean Manchette, l’un des deux derniers déportés de la Meuse, pour manifester leur indignation.

Sans doute "un acte stupide"

Pierre Lefèvre, président de l’association des déportés de Meuse est consterné.
C’est la deuxième dégradation volontaire commise sur le monument. La première c’était le 20 novembre 2018. La statue de l’homme à genoux avait été cassée en plusieurs morceaux et l’ensemble restauré rapidement après les faits. Le coupable avait été retrouvé.

Le monument des déportés de Ligny-en-Barrois vandalisé en novembre 2018
Le monument des déportés de Ligny-en-Barrois vandalisé en novembre 2018 © Pierre Lefèvre

Selon Pierre Lefèvre il était mineur et les parents avaient dû s’acquitter des frais de remise en état du monument. Il ne pense pas que cela soit un acte politique. Il s’agirait plutôt d’un acte stupide commis par jeu.

Jean Manchette, un des deux derniers déportés de Meuse
Jean Manchette, un des deux derniers déportés de Meuse © Pierre Lefèvre

Un rassemblement est prévu demain samedi 7 mars à 14h00 au pied du monument en présence d’un des derniers déportés meusiens : Jean Manchette, aujourd’hui âgé de 99 ans, fragile et isolé pour cause d'épidémie de Covid tient à être présent. Ce sont les noms de ses camarades  qui sont inscrits sur le monument.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture violence faits divers