Tribunal correctionnel de Nancy : hackers, masques et déchets nucléaires

Publié le Mis à jour le

Ils avaient piraté le site de l'ANDRA, du département de la Meuse et de la région Lorraine. Trois jeunes "hacktivistes" ont été jugés à Nancy pour leur "e-manif" contre le stockage de Bure. Le parquet requiert des peines de principe, 4 à 10 mois avec sursis. Délibéré au 23 novembre 2015.

Ils se revendiquent de la mouvance A​nonymous(*) mais l'enquête n'a pas mis longtemps à leur trouver un nom. Au Palais de Justice de Nancy, Loïc, David et Cédric comparaissent libres et sans le célèbre masque identifiant les activistes anonymes.

En décembre 2014, ils étaient parvenus à s'introduire sur le site de l'ANDRA, l'agence gouvernementale qui gère le stockage des déchets radioactifs et notamment le "laboratoire" souterrain CIGEO de Bure. Projet contesté par de nombreux opposants, entre autres Sortir du Nucléaire... Dans la foulée, les jeunes hackers avaient piraté les sites du Département et de la Région, favorables au projet. 

Des sites bloqués quelques heures, des pages interpellant l'internaute sur le "tango nucléaire", mais pas de destruction ou de pillage de données. Les trois jeunes comparent leur action à un sit-in ou une opération escargot dans la rue, pour interpeller mais "pas pour casser". Loïc, le seul Lorrain du trio, nous avait expliqué (masqué) ses motivations il y a quelques mois.
Le parquet a requis 4 à 6 mois de prison avec sursis pour Loïc et David. Et 8 à 10 pour Cédric, absent à l'audience. Le jugement a été mis en délibéré au 23 novembre.

(*) Tapez "Anonymous" sur votre moteur de recherche si vous voulez en savoir plus.

Le reportage de Dominique Duforest et Bruno Courtaux :
durée de la vidéo: 01 min 37
Nancy : le procès de 3 anonymous ©France 3 Lorraine