Commercy : l'avenir de la tréfilerie est sombre

La tréfilerie pourrait être fermée avant l’été, faute de repreneurs. Elle emploie 95 personnes. Les salariés, inquiets, se sont mis en grève vendredi 16 février 2018.  Ils craignent d’être les nouvelles victimes lorraines de la politique actionnariale du groupe Arcelor Mittal. 

© Photo : Jean-Philippe Tranvouez
Les salariés de l’ancienne forge de Commercy dans la Meuse, propriété  d'Arcelor Mittal, sont très inquiets. Ils se sont mis en grève vendredi 16 février 2018. L’avenir des Forges de Commercy est compromis. Aujourd’hui, 95 personnes travaillent sur le site. L'usine est spécialisée dans le tréfilage des métaux.

"On n’a pas été écouté par la direction, même si elle avait investi plus de 15 millions d’euros ici pour des machines toutes neuves" dit un responsable syndical de la CGT. 
Les syndicats dénoncent la baisse liée à une perte de clients du groupe Arcelor Mittal. Et faute de repreneurs, l'usine pourrait être fermée avant l'été.

L'avenir des anciennes Forges de Commercy est compromis : on écoute Didier Royer, responsable syndical CGT

Les anciennes forges de Commercy pourraient être fermées avant l'été




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie industrie