Verdun : l’ancienne caserne Miribel enfin réhabilitée

Samuel Hazard, maire PS de la ville de Verdun, a présenté à la ministre le projet de requalification de la caserne Miribel. / © Lodoïs Gravel/France 3 Lorraine
Samuel Hazard, maire PS de la ville de Verdun, a présenté à la ministre le projet de requalification de la caserne Miribel. / © Lodoïs Gravel/France 3 Lorraine

C’était au menu de la visite Jacqueline Gourault, Ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, lors de sa visite à Verdun vendredi 17 janvier 2020. Le projet de requalification de la friche lui a été présenté en avant-première.

Par Louis François

Au milieu d’une journée marathon, la ministre s’est rendue sur la friche de cinq hectares, accompagnée par les élus locaux. Le premier magistrat de la ville, Samuel Hasard (PS), lui a présenté dans le détail le projet qui va redonner vie au site de l’ancienne caserne, à l’abandon depuis 1995.

Ce projet a été voté en conseil municipal le 20 décembre 2019. Il sera doté d’un budget total de vingt-cinq millions d’euros d’investissements sur dix ans. C’est le bailleur social Le Foyer Rémois qui portera le projet, qualifié jusque-là par nos confrères locaux de "serpent de mer" puisqu’une demi-douzaine de tentatives avait précédemment échoué à trouver un nouveau destin au site.

Seniors, logements et santé

Le cœur du projet devrait se composer d’une résidence pour "seniors" de 120 logements avec des services aux personnes âgées résidentes. Une maison de santé est également au programme. L’habitat figure aussi au cahier des charges avec la réalisation de 300 logements, ce qui permet d’espérer la venue de nouveaux habitants à Verdun, près d’un millier selon le maire de la ville.
De l'ancienne caserne il ne devrait subsister à terme que des éléments de façade. L'essentiel des bâtiments sera détruit pour y accueillir les nouveaux projets. / © Lodoïs Gravel/France 3 Lorraine
De l'ancienne caserne il ne devrait subsister à terme que des éléments de façade. L'essentiel des bâtiments sera détruit pour y accueillir les nouveaux projets. / © Lodoïs Gravel/France 3 Lorraine

Jusqu’en 1991, la caserne a notamment hébergé le 3è Régiment d’Artillerie de Marine (3è RAMA). Il ne restera rien a priori de ce qui faisait la spécificité architecturale de la caserne puisque les trois bâtiments principaux seront ""déconstruits". Une partie des façades sera sauvegardée, sauvée avec le pavillon d’entrée.
 

Sur le même sujet

Les + Lus