Verdun : “La position de la France est aujourd’hui affaiblie sur la scène européenne” pour Gérard Larcher

Gérard Larcher a inauguré une sculpture baptisée «Ve République» dans les jardins du Centre mondial de la Paix. / © France 3 Lorraine
Gérard Larcher a inauguré une sculpture baptisée «Ve République» dans les jardins du Centre mondial de la Paix. / © France 3 Lorraine

Gérard Larcher, le président du Sénat, deuxième personnage de l'État, était ce vendredi 11 octobre au Centre Mondial de la Paix pour visiter l’exposition "Nous Présidents - 60 ans de Ve République". Mais pas seulement...

Par Jean-Christophe Panek

Pas de scoops, ni de confidences et encore moins de déclarations fracassantes ce vendredi 11 octobre 2019 pour Gérard Larcher en déplacement à Verdun.

Une candidature à l’élection présidentielle 2022?:
- Je me suis déjà exprimé mille fois sur le sujet !
Et l’élection à la présidence des Républicains, qui va gagner?
- Ce n’est pas le sujet du jour!

Difficile d’obtenir, pour l'instant, autre chose de la part du président du Sénat, que quelques commentaires sur cette exposition "Nous Présidents" au centre mondial de la Paix.

Gérard Larcher s’aventure alors à jouer les guides du jour.
- Ce que montre cette exposition, c’est que nous sommes en Vème république dans un système où le président de la République et le parlement, dans son indépendance et son autonomie, et dans ses deux Chambres, affirment bien un certain nombre de droits et de pouvoir. On a donc un équilibre. On n’est pas un régime présidentiel et on n’est pas non plus dans un régime parlementaire total comme dans certains pays. A travers cette exposition, je ressens que les présidents successifs se sont appropriés ces institutions. Y compris le président Mitterrand pour qui, elles n’étaient pas faites et qui les trouvait très bien pour lui !

Et pan pour le monarque !
 

C’est mon 69e déplacement en 20 mois !
- Gérard Larcher


Au programme du jour, visite mais aussi inauguration pour Gérard Larcher.

En l’occurrence, une sculpture baptisée "Ve République" dans les jardins du Centre mondial de la Paix. Le président du Sénat est sur le terrain et il aime le répéter:
- C’est mon 69e déplacement en 20 mois ! Entre métropolisation, mondialisation, financiarisation… Il y a une France divisée… Notre travail, c’est de recoudre tout ça ! C’est notamment une responsabilité pour le Sénat qui représente les territoires.

Et l’Europe dans tout ça ? Le rejet de la nomination de Sylvie Goulard à la Commission européenne...
-Je ne veux pas ajouter de l’huile sur le feu… Simplement faut-il bien évaluer que le nouveau parlement européen, à la fois sur les questions techniques et éthiques est extrêmement exigeant ! Cela correspond à l’exigence des peuples ! Je crois que c’est l’occasion de nous poser un certain nombre de questions… Naturellement, je ne porte pas de jugement, la présomption d’innocence est absolue, nous devons la respecter. Mais la position de la France est aujourd’hui affaiblie sur la scène européenne…
Et pan sur l'autre président!..
 

Sur le même sujet

Les + Lus