Migrants de l'Est : le camp de Blida s'est déplacé à Guénange

Publié le Mis à jour le

C'est à Guénange (Moselle) que se retrouvent enfermés sous surveillance des migrants de l'Est qui ont quitté le camp de Blida à Metz. ils y séjournent dans des conditions déplorables selon le Collectif Mosellan de Lutte contre la Misère qui s'est rassemblé devant le site ce samedi 30 décembre.

Sur la vidéo ci-dessous déposée sur la page Facebook d'une militante du Collectif Mosellan de Lutte contre la Misère, des migrants témoignent des conditions dans lesquelles ils sont hébergés dans une école désaffectée, rue Mozart à Guénange.

Le site, réquisitionné par la Préfecture de la Moselle, accueille une centaine de personnes, adultes et enfants, dans des conditions que l'association estime indignes.

Samedi 30 décembre 2017, des militants du Collectif se sont rassemblés devant le site, avec des journalistes, sans pouvoir y pénétrer, en raison de la présence de vigiles bloquant les accès.
 

"Si cela ne leur plaît pas, qu'ils restent dehors!"

A cette occasion, le collectif a diffusé le témoignage d'une militante venu déposer en fin de semaine à Guénange une famille de quatre personnes.

"Je rappelle Adoma, qui me dit que tant qu'elle n'a pas les noms des personnes (qui doivent entrer dans l'école désaffectée, NDLR), tout le monde attend dehors . Je lui réponds avant de raccrocher, qu'il fait 0 degré, qu'il y a des enfants en bas âge et que c'est le 115 qui m'a dit de venir... On retourne dans la voiture car il fait trop froid, les autres familles attendent dehors...

La dame a côté de moi commence à pleurer, sa fille me dit qu'ils ne veulent pas rester là, que des personnes qui étaient dans la cour, leur ont expliqué qu'il y a de la galle, et beaucoup de bêtes dans les chambres. Qu'il n'y a pas d'eau chaude, ni de toilettes correctes.

Quand enfin un des vigiles revient, je lui dis que la famille ne veut pas rentrer à cause de cela. Je pense à ce moment-là qu'il va les rassurer mais il confirme :

non ils n'auront pas d'eau chaude et ils dormiront dans des dortoirs toutes les familles ensemble. Oui, c'est sale et si cela ne leur plaît pas, qu'ils restent dehors.

Que 50 personnes supportent cela en ce moment, donc qu'ils peuvent faire pareils..."

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité