Municipales 2020 : sécurité et migrants versus humanisme, ce qu'il faut retenir du débat à Forbach

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuel Bouard
Mairie de Forbach (Moselle - Archive)
Mairie de Forbach (Moselle - Archive) © Google Street View

Mercredi 11 mars, les principales listes dont les représentants briguent la mairie de Forbach étaient réunies sur le plateau de France 3 Lorraine pour débattre de leur programme pour l'élection municipale. Un débat en partenariat avec France Bleu Lorraine.

Municipales 2020 : le débat à Forbach

Sécurité et migrants

Ils se présentent parfois sans étiquette, mais les candidats à Forbach tordent la tendance politique actuelle qui voudrait que droite et gauche se confondent. C'est ce qu'ont pu constater internautes et téléspectateurs qui ont suivi ce mardi 11 mars 2020 le débat consacré à Forbach par France 3 Lorraine, en partenariat avec France Bleu Lorraine. Ces 45 minutes d'échanges étaient coprésentées par Christophe Gomond et Cécile Soulé.

Les thèmes proposés aux candidats dans ce débat, qui ont largement tourné autour de la sécurité et de la situation des migrants, ont permis de faire émerger non pas deux, mais trois candidats d’extrême-droite! En effet, à Lucien Terragnolo (RN) et Florian Philippot (ex FN/RN) est venu s’ajouter Eric Diligent qui a réussi, malgré son étiquette divers-droite à se positionner plus à droite encore. La tête de liste de "Forbach Notre Passion" n’y va pas par quatre chemins, il décrit sa ville comme une terre livrée "aux Albanais, aux Kosovars et aux Géorgiens qui viennent chercher des aides sociales plus avantageuses" et veut tout simplement les renvoyer chez eux. Celui qui se décrit comme "un VRP bilingue" de sa ville, est pour le doublement des effectifs de police municipale, avec une présence 24 heures sur 24.

Lucien Terragnolo fait presque figure d’un modéré à côté. La tête de liste RN "Forbach Bleu Marine" veut tout d’abord reconstruire le vieux Forbach, le Kappelberg, sous sa forme médiévale, et lancer une monnaie locale, le Kirsch. Sur la question de la sécurité il en appelle à l’ADN de son mouvement politique, "la sécurité c’est notre marque de fabrique". Concernant la présence des migrants dans sa ville, il "prendra le problème à bras le corps" et rejoint Florian Philippot lorsqu’il propose "un référendum municipal pour aller ensuite voir le Ministre de l’Intérieur et trouver des solutions".

Le patron des Patriotes écrase les échanges: "je suis le seul à avoir une aura nationale", son envergure il compte la mettre au service des Forbachois. "Je suis un Forbachois d’adoption" déclare l’ancien frontiste, "demain je vais à Matignon parler avec le Premier Ministre du coronavirus, mais je lui parlerai aussi des problèmes de notre ville et de la situation de notre hôpital". La corde sensible est agitée en permanence: "j’ai envie qu’il y ait un glorieux avenir pour Forbach, mais ce n’est pas possible quand on se promène dans la ville la peur au ventre".

Humanité et écologie

Très curieusement, Florian Philippot est le seul, avec Anthony Thiel (DVG) à verdir ses propos en proposant de planter 2000 arbres. Malicieusement, il est aussi le seul à viser précisément les personnes âgées : "je veux développer un système municipal de livraison à domicile pour les personnes âgées et les handicapés".

Au centre, Alexandre Cassaro se veut rassembleur. Il rappelle qu’il est conseiller régional (élu sous l’étiquette Les Républicains), et que sa priorité va à l’éducation et à l’attractivité de Forbach: "je veux donner une nouvelle identité à la ville, en créant trois zones d’activité distinctes, pour le commerce, l’artisanat et la culture". Il en appelle au "respect de l’humain" concernant la présence de migrants, rappelant "qu’il y a parmi eux beaucoup de familles et d’enfants (…) avec lesquels il faut discuter pour respecter le voisinage, sans solution simpliste". La tête de liste "Un nouveau départ pour Forbach" promet qu’il n’augmentera ni la dette ni les impôts, et qu’il mise avant tout sur la réussite éducative.

A gauche ?

A gauche, duel de sortants: le premier adjoint Thierry Homberg, face au directeur de cabinet Anthony Thiel. Même si ce dernier a le soutien du maire sortant Laurent Kalinowski, et du Parti Socialiste, c’est le premier adjoint qui remporte l’épreuve du débat. Posé, calme et déterminé, Thierry Homberg dit assumer le bilan du maire sortant et tirer sa légitimité de son action en tant que premier adjoint. Il entend donc défendre la démocratie municipale, aider les commerces pour baisser les loyers des cellules commerciales et augmenter la population du centre-ville. Sur la question des migrants, il affirme fermement "qu’accueillir dans des conditions dignes, c’est l’honneur de la France et qu’on ne doit pas faire de lien entre les migrants et l’insécurité" même s’il estime qu’il faut "arrêter de faire venir des familles de migrants là où il y en a déjà beaucoup". Pour la tête de liste "Avec vous pour Forbach", l’attractivité de la ville se mesure aussi avec le facteur santé en défendant l’hôpital, et en pérennisant les lieux culturel comme le Carreau et la Médiathèque.

Anthony Thiel paie sa jeunesse et sa timidité devant la caméra. Il compense avec un programme bien ficelé, et surtout "en assumant le bilan du maire sortant, le positif comme le négatif".  Il défend des travaux sur l’avenue Saint Rémy pour apaiser l’entrée de ville, affirme vouloir végétaliser le centre et créer un parc urbain devant l’hôtel de ville. Selon la tête de liste "Osons Forbach", si le commerce ne fonctionne pas "c’est par défaut d’investissements, il faut accompagner les propriétaires dans la rénovation, car l’attractivité ce n’est pas seulement le commerce mais aussi les logements". Son objectif: rénover 50 logements par an. Sur la question des migrants, Anthony Thiel reconnaît l’échec de la proposition de la solution alternative au Wiesberg (requalification de quatre tours en état de dégradation pour y loger les migrants) en raison de l’opposition des habitants du quartier.

Échanges courtois mais pas de débat

Les échanges sont restés polis et extrêmement courtois, pas un mot plus haut que l’autre, et c’est à peine si les candidats se sont coupés deux fois la parole. En fait de débat, il s’est surtout agi pour les six candidats sur le plateau de paraître à leur avantage, car si tous veulent rassembler, ils comptent d’abord sur leurs troupes pour espérer accéder au deuxième tour.

Se présentent également à Forbach : Aziz Bendaouadji (Sans étiquette), liste "Nous sommes Forbach" et Christian Peyron (Divers droite), liste "Forbach-avenir".

Voici les 8 listes en présence au 1er tour :
  • Forbach notre passion (DVD) M. Eric DILIGENT
  • Forbach bleu marine (RN) M. Lucien TERRAGNOLO
  • Osons Forbach (DVG) M. Anthony THIEL
  • Forbach-avenir (DVD) M. Christian PEYRON
  • Un nouveau depart pour Forbach (UC) M. Alexandre CASSARO
  • POUR FORBACH ! (EXD) M. Florian PHILIPPOT
  • Avec vous pour Forbach (DVG) M. Thierry HOMBERG
  • NOUS SOMMES FORBACH (DIV) M. Aziz BENDAOUADJI
Les élections municipales en régions, c'est sur France 3.
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.