Un couple jugé pour l'assassinat d'un octogénaire après avoir acheté son appartement en viager

Le couple avait acheté l'appartement d'un octogénaire de Faulquemont en viager peu de temps avant que ce dernier ne disparaisse. L'homme et la femme comparaissent mardi 5 septembre 2023 devant la Cour d'Assises de la Moselle pour assassinat

Un couple accusé de l'assassinat d'un octogénaire de Faulquemont (Moselle) en 2020 comparaît mardi 5 septembre 2023 devant la Cour d'Assises de la Moselle (Metz). Abderrahim Ghelouci et sa compagne Meriem Bouasla sont poursuivis pour avoir tué Michel Voltz âgé de 82 ans au début du mois de juillet 2020. Le couple avait acheté l'appartement de l'octogénaire en viager peu de temps avant que celui-ci ne disparaisse.

Les voisins de Michel Voltz, surpris de ne plus le voir ont averti la gendarmerie. Les explications données par le couple sur une hospitalisation fortuite en Allemagne du vieil homme et son désir de ne plus revenir en France n'ont pas convaincu les proches et éveillé les soupçons.

Michel Voltz demeurant introuvable, les gendarmes poursuivent leurs investigations et aboutissent à la découverte du corps calciné de l'octogénaire à Dalhain (Moselle). Les restes du vieil homme reposent dans un puits récent de trois mètres creusé sur une parcelle appartenant au couple Ghelouci- Bouasla. Selon les résultats de l'autopsie, Michel Voltz est mort étranglé.

Abderrahim Ghelouci et Meriem Bouasla ont été mis en examen pour assassinat en septembre 2020. Une qualification contestée par la femme qui déclare avoir subi l'emprise de son mari. L'homme qui présente un casier judiciaire chargé encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité