Covid-19 : la frontière luxembourgeoise sous surveillance pour le début des vacances scolaires

D’importants moyens ont été déployés pour une opération de contrôles des déplacements à la frontière entre la France et le Luxembourg ce samedi matin 10 avril 2021. Pour le début des vacances scolaires, les autorités veulent rappeler que la circulation est réglementée.

Une journée de contrôles renforcés à la frontière avec le Luxembourg.
Une journée de contrôles renforcés à la frontière avec le Luxembourg. © Aurélie Renard/Francetv

La préfecture de Moselle, la police aux frontières, le groupement de gendarmerie de Moselle et les CRS autoroute se sont retrouvés en milieu de matinée à sortie de l’A31 au niveau du rond-point de Kanfen pour une grosse opération de contrôle des déplacements à proximité de la frontière luxembourgeoise.

File d'attente au rond-point de Kanfen.
File d'attente au rond-point de Kanfen. © Aurélie Renard/Francetv

Les déplacements interrégionaux sont interdits depuis le 5 avril sauf motifs impérieux (travail, formation, santé, mission d’intérêt général, déménagement) et avec une attestation dérogatoire. Les habitants d'une zone frontalière bénéficient d'une exception s'ils demeurent dans un rayon de moins de 30 kilomètres et si leur déplacement n'excède pas 24h.
Après un week-end de Pâques où la tolérance était de mise, les autorités durcissent le ton et veulent montrer leur présence pour ce samedi 10 avril 2021 qui marque le démarrage des deux semaines de vacances scolaires.

Tolérance pour les frontaliers

Au Luxembourg, les mesures sont moins restrictives qu’en Allemagne ou en Belgique où elles ont été durcies. En plus des traditionnels allers-retours pour les achats d’alcool et de cigarettes, les autorités craignent l’appel d’air créé par la réouverture cette semaine des terrasses dans le Grand-Duché.
"Il ne faudrait pas que la lassitude se traduise par trop de laisser-aller", explique le commissaire Pierre Bordereau, le directeur zonal de la police aux frontières. "En dehors d’un motif impérieux pour ceux qui sont à plus de 30 kilomètres de leur lieu de résidence, les gens n’ont pas le droit de se déplacer (…). L’idée est de restreindre au maximum les mouvements de population lorsque que ceux-ci ne sont pas nécessaires d’où la tolérance pour les frontaliers notamment sur les motifs professionnels, médicaux et autres."

Les frontaliers ont le droit de se déplacer dans la limite de 30 kilomètres.
Les frontaliers ont le droit de se déplacer dans la limite de 30 kilomètres. © Aurélie Renard/Francetv

Conducteurs philosophes

Pour ceux qui sont en règles et qui sont habitués à vivre près de la frontière au quotidien, ces contrôles sont plutôt bien perçus. Cette dame qui vient de déposer sa fille à l’auto-école et va faire ses courses explique : "je n’ai pas besoin d’aller plus loin que dix kilomètres. Je fais seulement des allers-retours entre Volmerange et Hettange."
Même chose pour cette autre conductrice qui circule dans le secteur : "si tout le monde respectait les règles, l’épidémie serait moins virulente. Il faut vite sortie de tout ça."

Côté gendarmerie, on rappelle les règles avec humour sur les réseaux sociaux:

Bilan de l'opération: sur 1 350 véhicules contrôlés, 17 personnes ont été verbalisées pour absence d'attestation de déplacement.
D'autres contrôles aléatoires auront lieu ce week-end.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
luxembourg international covid-19 santé société confinement police sécurité routes transports