Internat à un euro pour les lycées du Grand Est : une proposition de la Région qui étonne

Franck Leroy, président de la région Grand Est, a proposé jeudi 1 juin l’internat à 1 euro, quelques mois après l’annonce de la fermeture de plusieurs établissements sur les cinq prochaines années.

Franck Leroy, président de la région Grand Est, a proposé jeudi 1er juin l’internat à 1 euro, quels que soient les revenus des parents. Une proposition qui sera soumise au vote à la prochaine session. Alors que disent les chiffres ?

D’abord, dans la région Grand Est, la moyenne actuelle du coût d’un internat au lycée pour les familles est de 130 euros par mois. Sur une année, les familles concernées pourraient économiser une somme conséquente. L’argument avancé par Franck Leroy est de sortir du déterminisme social et géographique. Lors d'une interview avec nos confrères de France3 Metz, il explique : " Quand on est issu de certains milieux modestes, on n'a pas forcément les moyens d'envoyer ses enfants dans des grandes villes dotées d'un lycée avec une grande diversité de formation. Souvent, les enfants limitent leurs ambitions au lycée près de chez eux." La mesure sera votée lors de la prochaine session plénière du conseil régional les 28 et 29 juin. Actuellement, le taux d’occupation dans la région Grand Est avoisine 73 %. 16.000 places occupées en lycée pour 23.000 proposées. 6.000 à 7.000 lits restent vacants. 

Pour Sébastien Wagner Responsable du secteur lycée au Snes-FSU : "C’est une nouvelle très positive pour les familles modestes. On ne peut que s’en réjouir. Mais ce qui nous interpelle, ce sont les choix politiques de la région. On ne va pas faire des investissements pour rénover les établissements. On prétexte l’état des bâtiments pour fermer des lycées. On aimerait aussi savoir comment va être financée cette mesure."

17,3 ans en moyenne


Les chiffres sont en constante baisse dans la région Grand Est comme en France. En 2019, dans un document publié en 2022, l’INSEE recensait un effectif de 34 000 jeunes internes en région Grand Est avec une moyenne d'âge de 17,3 ans. 39,4 % étaient des filles. Dans un document du ministère de l’Éducation nationale de juillet 2019, on peut trouver ce graphique qui indique le déclin régulier de l’internat dans le public.

9 fermetures de lycées ou regroupements 

En mars 2023, le conseil régional du Grand Est a adopté une délibération contestée de "nouvelle répartition" des formations et des lycées, qui prévoit la fermeture de neuf établissements. La délibération présente comme "nécessaire" cette évolution, liée à la "diminution démographique" qui va s'observer dans les lycées "à partir de 2025", et à la "crise énergétique" qui augmente les factures et impose "d'optimiser l'occupation" du parc de bâtiments, "ancien et énergivore". Pour les territoires concernés, "la déception est énorme", avait déclaré Marc Cecatto, maire de Landres en Meurthe-et-Moselle, près de Briey, qui devrait voir son lycée professionnel fermer en 2025. "C'est un outil primordial pour le rayonnement de notre bassin de vie. C'était un atout pour que des familles viennent s'installer dans le secteur. C'est le point de vue budgétaire qui l'a emporté, la région juge que la rénovation coûterait trop cher, mais le bâtiment lui appartient, on peut se demander pourquoi elle a laissé les choses se dégrader".

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité