Les assassins de l'octogénaire condamnés à quinze et trente ans de réclusion criminelle

Abderrahim Ghelouci et Meriem Bouasla ont été condamnés vendredi 8 septembre 2023 à 15 et 30 ans de réclusion criminelle. Ils ont été reconnus coupables de l'assassinat de Michel Voltz, l'octogénaire à qui ils avaient acheté un appartement en viager.

Les ex-époux Ghelouci ont été condamnés vendredi 8 septembre 2023 à quinze et trente ans de réclusion criminelle par la Cour d’assises de la Moselle pour l'assassinat le 20 juillet 2020 de Michel Voltz à Faulquemont (Moselle). Le couple avait acquis en viager un appartement de l'octogénaire peu de temps avant de le tuer et d'abandonner son corps en partie calciné dans une fosse sur un terrain leur appartenant Dalhain (Moselle).

Abderrahim Ghelouci écope de la plus lourde peine soit, trente ans de réclusion criminelle aux deux tiers incompressibles. Toutes les preuves accablantes convergeaient vers lui et l'avocate générale n'a eu aucun mal à démonter sa stratégie de défense. L'accusé depuis le début de l'enquête s'est enferré dans un déni total, affirmant qu'il n'avait rien à voir avec la mort de Michel Voltz. Son avocate Maître Samia Boudiba a eu fort à faire pour tenter d'atténuer sa responsabilité mais l'attitude de son client ne l'a pas beaucoup aidée : "c'est le dernier mot qu'il a prononcé devant la juridiction [clamer son innocence. NDLR] Sincèrement, je ne m'attendais pas à plus de sa part et j'ai même été étonnée qu"il prenne la parole."

Cet assassinat est un acte minable

Le Président de la Cour d'assises de la Moselle

Le niveau de responsabilité de Merien Bouasla (ex-épouse Ghelouci) a été plus délicat à évaluer. Dès le départ, l'ex-épouse a plaidé la contrainte que son mari exerçait sur elle, sa peur face à un homme déterminé à commettre le crime. C'est en tout cas la stratégie de défense adoptée par Maître Tomasini :"à partir du moment où elle n'a plus eu peur de son conjoint, elle a réussi à dire la vérité. Elle a expliqué que l'atrocité de ce qu'il s'était passé, elle n'en n'a jamais vraiment eu conscience avant de voir les photos de cet homme [le cadavre de Michel Voltz. NDLR] que lui a montré la juge d'instruction. Elle est consciente de la gravité des faits ne serait-ce que pour avoir porté assistance à son conjoint."

Meriem Bouasla est condamnée à quinze ans de réclusion criminelle. Elle sera la seule à avoir exprimé des regrets et demander pardon à la famille de Michel Voltz. Elle ne fera pas appel du verdict. Quant à  Abderrahim Ghelouci, il dispose de dix jours pour faire appel.