• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Metz : la quête électronique fait son apparition à l'église

A partir du dimanche 11 novembre, la paroisse Ste Thérèse de Metz proposera un système de quête électronique. / © JP Tranvouez
A partir du dimanche 11 novembre, la paroisse Ste Thérèse de Metz proposera un système de quête électronique. / © JP Tranvouez

A partir de ce dimanche 11 novembre, pour financer des travaux de restauration, la paroisse Ste Thérèse de Metz va proposer aux fidèles la quête de façon électronique. Via un système de tronc connecté et une appli dédiée aux smartphones. Une première dans le diocèse. 

Par Matthieu Mercier

Est-ce la fin des pièces dans la corbeille dominicale ? Pas sûr, mais l'Eglise catholique de Moselle s'ouvre désormais aux moyens de paiement électroniques pour récolter les fonds lors de la quête.

Après Paris, Lyon, Lille, Coutances et Avranches, la paroisse Ste Thérèse de Metz est la première du diocèse de Moselle à se lancer dans l'aventure du don sans contact. A partir de ce dimanche 11 novembre 2018, les paroissiens vont être informés de ce changement d'époque. Il sera possible de donner de l'argent sans sortir son porte monnaie. Par une appli dédiée, "la quête, certifiée sécurisée" et par un système de paiement par carte bancaire dans l'église. 
 


Un tronc électronique va donc être installé sur place. Ce tronc est relié à un terminal informatique. Il suffit de passer sa carte bancaire dessus ou de la glisser dans l'appareil, puis de taper le montant du don pour que le paiement soit effectué. 
 

"On vit dans notre temps"


Le curé de cette paroisse du centre-ville de Metz a eu l'idée de cette obole des temps modernes lors d'une rencontre avec une start up spécialisée. "Cela se fait aussi dans l'humanitaire. C'est un système destiné aux gens qui viennent les mains dans les poches, qui n'ont pas forcément de monnaie.
 

L'Eglise est obligée de suivre les habitudes de l'époque. On vit dans notre temps, dans ce monde digital. De plus en plus de personnes payent aujourd'hui avec une carte bleue ou un smartphone.
Père Jean-Marc Altendorf, curé de la paroisse Ste Thérèse. 

En contrepartie, la paroisse paye un abonnement au service, pour rémunérer l'entreprise qui met en place cet outil. 
 


 

Pour le prêtre messin, cette nouvelle manière de donner correspond à des paroisses urbaines, avec une population plus jeune que dans le monde rural. "On espère que ça va élargir l'assiette des cotisants. Car on a des frais importants pour l'entretien de l'église. C'est une offre supplémentaire. En lien avec la restauration de notre église très attendue. Le diagnostic va bientôt nous permettre d'engager des travaux". 

Il faut dire que l'édifice construit en 1955 attire. Des touristes qui viennent parfois de loin, intéressés par l'architecture en béton unique dans le secteur. 
 

Comment les fidèles vont-ils accueillir cette offre numérique ? Réponse dans les prochains jours.
 

Un fidèle de passage a déjà confié son scepticisme. "Je n'aime pas ce qui est impersonnel. Moi je préfère donner quelque chose. Un sandwich à une personne dans la rue par exemple. C'est plus intelligent, selon moi, le don doit être personnalisé. Donner c'est donner son temps, de sa personne. C'est mieux que donner de l'argent"

La traditionnelle corbeille de la quête restera utilisée pendant la messe. Le progrès, oui, mais pas à pas. 
 
L'église Ste Thérèse de Metz a été construite dans les années 50. Elle n'est pas entretenue par l'Etat mais par un "conseil de fabrique" local. / © JP Tranvouez
L'église Ste Thérèse de Metz a été construite dans les années 50. Elle n'est pas entretenue par l'Etat mais par un "conseil de fabrique" local. / © JP Tranvouez
 

 

Sur le même sujet

Les avantages de l'achat groupé de fioul

Les + Lus