Metz: rassemblement à la mémoire de Samuel Paty, "cette barbarie d’une violence extrême a pris pour cible la République"

Un partout en France, des rassemblements sont organisés ce dimanche 18 octobre 2020 à la mémoire de à Samuel Paty. A Metz, un millier de personnes ont rendu hommage au professeur d’Histoire Géographie assassiné vendredi.

A Metz, les habitants ont rendu hommage au professeur Samuel Paty, assassiné vendredi pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet.
A Metz, les habitants ont rendu hommage au professeur Samuel Paty, assassiné vendredi pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet. © Claire Schaffner (FTV)
Un rassemblement dans le strict respect des mesures de distanciation mais un rassemblement dans l’unité pour témoigner de leur soutien à la mémoire de Samuel Paty. Plusieurs centaines de personnes se sont données rendez-vous à partir de 15h sur la place d’Armes, face à l’Hôtel de ville. Elles sont présentent pour ce professeur d'histoire-géographie de 47 ans, décapité à Conflans Sainte-Honorine (Yvelines) pour avoir fait travailler ses élèves sur la liberté d’expression. Il leur avait notamment montré des caricatures de Mahomet.

Cette montée de l'intolérance m'est intolérable

Pauline, enseignante

Pauline, enseignante, est venue par solidarité : "cette montée de l'intolérance m'est intolérable. Nous sommes là pour transmettre une petite part de lumière à nos enfants par le biais de la culture... et cette dérive me fait froid dans le dos." Pour Agnes, une autre enseignante, "c'est le coeur de notre métier qui est atteint. Notre liberté pédagogique est mise en cause. "
Sur certaines pancartes, on pouvait lire "Solidaires contre tous les fascismes qu'ils soient nationalistes ou religieux"
Sur certaines pancartes, on pouvait lire "Solidaires contre tous les fascismes qu'ils soient nationalistes ou religieux" © Claire Schaffner (FTV)
Dans la foule, de nombreux enseignants mais aussi des particuliers sans oublier les représentants d'organisations syndicales mais aussi d'associations. Dans un communiqué, François Grosdidier, le maire de Metz avait encouragé ce "rassemblement ce dimanche à Metz suite à la décapitation d’un professeur en région parisienne... Pour la première fois l’Education nationale a été visée. Cette barbarie d’une violence extrême a pris pour cible la République toute entière. Ce père de famille, ce citoyen français est mort pour l’idée qu’il se faisait de la République et de sa mission éducative qui est de forger des citoyens libres." L'enquête sur cet attentat se poursuit : 11 personnes sont désormais en garde à vue. Un hommage national sera rendu mercredi 21 octobre.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentat faits divers terrorisme