Mondiaux de handball à Metz : c'est à partir de jeudi

Publié le Mis à jour le
Écrit par Bruno Demange

J - 4 avant le coup d'envoi des 25èmes championnats du monde de handball, qui vont se dérouler à Metz entre le 12 et le 19 janvier prochain ! Et même si les Arènes sont habituées à accueillir des matches internationaux de hand, des adaptations particulières ont été nécessaires.

Ces championnats du monde de handball masculin débutent dès jeudi 12 janvier 2017 sur le parquet des Arènes de Metz avec une rencontre inaugurale entre la Slovénie et l'Angola. En tout, 6 ténors du hand mondial vont se concurrencer pour décrocher ce nouveau trophée, le tenant du titre n'étant autre que la France, bien décidée à le défendre.
Pour accueillir toutes ces compétitions, le parquet choisi n'est pas n'importe lequel : aguerries aux matches internationaux , les Arènes sont un grand temple du hand...féminin.

A l'occasion de cette nouvelle édition de l'épreuve internationale, la fédération demande néanmoins des aménagements précis. De ce fait, c'est le branlebas de combat depuis le 19 décembre dernier. Sur place, 5 personnes sont chargées de piloter les démarches à entreprendre, en respectant les critères techniques, logistiques et règlementaires. Tout sera prêt pour accueillir le public et les différentes délégations dans d'excellentes conditions.

Voyez notre reportage aux Arènes...
durée de la vidéo: 02 min 25
Préparatifs avant "France 2017" ©France 3 Lorraine

ET DU CÔTE DES BENEVOLES...

Comme pour évènement de cette ampleur, rien ne serait possible si un certain nombre de bénévoles motivés ne se trouvait pas au rendez-vous pour apporter son concours. Pour ces équipes, c'est la même chose : l'évènement débute bien avant le jour J. Il faut se préparer dans les jours voire les semaines qui précèdent.
Au cours de ce week-end, un grand nombre de bénévoles s'est rassemblé sur Metz pour peaufiner les derniers préparatifs.
Voyez notre reportage avec les bénévoles...
durée de la vidéo: 01 min 53
Les bénévoles du "Mondial 2017" ©France 3 Lorraine




ET PENDANT CE TEMPS LA, L'EQUIPE DE FRANCE SE PRÉPARE AUSSI...
Les handballeurs français ont bouclé leur préparation avec une deuxième victoire en deux rencontres face à la Slovénie (33-26, mi-temps: 17-13), ce dimanche à Montpellier. Ils s'étaient imposés difficilement (29-27) vendredi à Toulouse contre cette même équipe qui aspire à intégrer le top 6 mondial après avoir atteint les quarts de finale des Jeux de Rio.

Rien à voir dans la chaude ambiance de l'Arena de Montpellier où les champions du monde en titre ont rapidement fait la différence grâce à un jeu d'attaque plus fluide, une agressivité retrouvée et une volonté de limiter les approximations apparues dans la "Ville rose" il y a deux jours. Devant à la pause (17-13), ils ont fait fructifier leur avance tout en effectuant des rotations pour économiser les "tauliers".

Nikola Karabatic n'a ainsi joué que durant la seconde période. Thierry Omeyer n'a pas eu à rentrer dans les cages car Vincent Gérard a été bon. Et Daniel Narcisse, devenu le sixième international français à compter 300 sélections, n'est apparu qu'en première période.
C'est plutôt de bon augure avant de donner le coup d'envoi du Mondial mercredi à Bercy contre le Brésil.
Grâce à un départ canon, les Bleus avaient déjà fait le break (6-2) au bout de huit minutes en profitant du bon tempo des arrières latéraux Nedim Remili, qui a retrouvé de l'efficacité aux tirs, et de William Accambray.
Forfait sur blessure (genou) pour l'Euro-2016 et non retenu pour les JO-2016, le colosse de 28 ans (1,94 m, 104 kg) a marqué des points et a sans doute décroché l'une des dernières places dans la liste des 16 joueurs qui sera annoncée mardi par les sélectionneurs Didier Dinart et Guillaume Gille.

D'autant que la blessure de Timothey Nguessan, l'un de ses concurrents au poste d'arrière gauche, touché à la cheville gauche en début de seconde période, libérerait une place supplémentaire si elle s'avère rédhibitoire. Sur la base arrière, Olivier Nyokas et Nicolas Claire prétendent aussi à une place
à moins que l'encadrement ne mise sur un ailier droit supplémentaire, en l'occurrence le jeune Yanis Lenne, testé en seconde période.
Dika Mem, Benoît Kounkoud et Cyril Dumoulin, eux, sont restés en tribunes comme à Toulouse. Sauf surprise, ils ne seront pas retenus mardi dans la liste des seize.