Moselle : Pour faire face à l’invasion des sangliers, un plan de régulation renforcé

En Moselle, ils pullulent ! Résultats : beaucoup de dégâts sur les cultures. Les sangliers provoquent même des accidents de la route. La Moselle fait partie des cinq départements français les plus touchés. Un plan de régulation renforcé vient d'être mis en place en cette mi-novembre.
Un piège pour capturer des sangliers. Un outil qui vient renforcer le dispositif pour lutter contre la prolifération de l'animal en Moselle
Un piège pour capturer des sangliers. Un outil qui vient renforcer le dispositif pour lutter contre la prolifération de l'animal en Moselle © France 3 Lorraine
Le plan départemental de régulation a déjà été mis en place il y a un an. Ce mercredi 20 novembre 2019, il passe un cap avec de nouvelles mesures. L’objectif, c’est de combattre les sangliers qui font toujours des dégâts chez les agriculteurs et les particuliers et qui sont à l'origine de nombreux accidents de la route. "C’est une situation qui est très préoccupante" explique le Préfet de la Moselle, Didier Martin.

A situation exceptionnelle, dispositif exceptionnel. Des pièges ont même été installés dans des secteurs où la chasse ne suffit plus pour réguler les populations, notamment à proximité de la frontière belgo-luxembourgeoise où il y a des risques de peste porcine africaine. L’an passé, pourtant, 24000 sangliers ont été abattus en Moselle mais ça ne suffit pas ! "Aujourd’hui, c’est difficile d’évaluer la population dans le département" reconnait le Préfet "mais à l’évidence, il y en a toujours plusieurs dizaine de milliers ! D’où la nécessité d’intensifier cet effort de régulation !".

1400 ha détruits en 2018 en Moselle

Les deux derniers hivers très doux ont favorisé un accroissement du nombre de sangliers. Et malgré des prélèvements en hausse de 10% l’an passé, les dégâts causés par ces animaux sont conséquents. 1400 hectares de surfaces agricoles ont été détruits l'année dernière. D'où la nécessité de ce plan de régulation.

Autre nouvelle arme pour lutter contre la prolifération des sangliers : la possibilité d'effectuer des tirs de nuit "à condition que les conditions de sécurité soient assurées" précise le Préfet. Des jumelles avec vision thermique permettront de mieux voir les animaux. Un équipement qui pourra être utilisé dans tout le département. En Moselle, une course contre la montre est lancée pour limiter le pouvoir de nuisance des sangliers.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
chasse agriculture économie