Reconnaissance faciale au FC Metz : les supporters ne veulent pas être des cobayes

Le stade Saint-Symphorien. / © Benoît de Butler - France 3 Lorraine
Le stade Saint-Symphorien. / © Benoît de Butler - France 3 Lorraine

Le club du FC Metz expérimente actuellement un dispositif de reconnaissance faciale pour renforcer la sécurité. "De simples tests techniques" d'après la direction du club. Mais les supporters dénoncent ce nouveau procédé.

Par Gregory Boileau

C'est une première en France. Un club de football teste un dispositif de reconnaissance faciale. Une technique destinée à traquer les personnes interdites d'accès au stade. Le FC Metz évoque pour l’instant "uniquement des tests techniques à vide, réalisés sur des employés de la start-up", la société messine Two-I qui a dévéloppé cet outil.
 

Une technique qui irrite l'ensemble des supporters français. Dimanche 2 février lors de la rencontre enre le FC Metz et Saint-Etienne, les supporters des deux équipes ont dénoncé ce système avec des banderoles acides et le port de masques chirurgicaux. L'association nationale des supporters s'insurge également contre cette expérience.
 

Pour les supporters grenats, "une violation des libertés individuelles"

Certains groupes de supporters du FC Metz ont publié un communiqué commun où ils se définissent comme "les cobayes d'une formidable expérience de violation des libertés individuelles que seule la Chine et sa conception toute particulière de la démocratie avait osé jusqu'à présent."
 

Un système qui devrait pourtant se généraliser dans d'autres stades et pour de nombreux événements sportifs en France. C'est le souhait de la ministre des sports Roxana Maracineanu :  "Ces expérimentations ont vocation à être valorisées sur les grands événements sportifs que la France organise et sur d'autres événements sportifs où la France peut exporter son savoir-faire."

Sur le même sujet

Les + Lus