Redressement judiciaire d'Ascométal : l'aciériste italien Venete à nouveau candidat à la reprise des sites lorrains et du Marais dans la Loire

La direction d'Ascométal annonce ce jeudi 25 avril 2024 qu'une offre de reprise du cluster automobile du sidérurgiste a été déposée par le groupe italien Acciaierie Venete.

La direction d'Ascométal annonce via une dépêche AFP jeudi 25 avril 2024 qu'une offre de reprise du cluster automobile du sidérurgiste Ascométal a été déposée. Il s'agit de Acciaierie Venete. L'aciériste italien avait déjà engagé des négociations exclusives le 21 janvier 2024 avant de rompre brutalement les négociations le 27 mars dernier. Cette décision avait entraîné, à la grande consternation des salariés, le placement en redressement judiciaire du sidérurgiste spécialiste des aciers spéciaux et propriété de Swiss Steel.

C'est une bonne nouvelle bien accueillie par la direction.

Un porte-parole d'Ascométal

Acciaierie Venete propose de conserver le périmètre du groupe : les trois sites d'Hagondange (Moselle), de Custines (Meurthe-et-Moselle), du Marais (Loire) ainsi que le centre de recherche (CREAS). Avec une production annuelle de deux millions de tonnes, l'aciériste entend consolider sa position en Europe.

L'offre de Venete préserverait les emplois

Ce que confirme un représentant CGT : "on sait faire des aciers spéciaux que d'autres ne savent pas faire. C’est d'ailleurs ce qui intéresse Venete. On est positionné sur une gamme de produits de haute qualité, de haute technicité pour des grands constructeurs automobiles comme Toyota et Audi". 

Après une journée et une nuit de suspens, Yann Amadoro, représentant CGT au comité social et économique sur le site d'Hagondange (Moselle), se dit soulagé, notamment sur la préservation des emplois : "c'est positif parce que l'offre de Venete inclut le même périmètre social. Notre crainte était de voir une révision des effectifs à la baisse. Il semblerait que ce ne soit pas le cas".

Un aller et retour surprenant

Cette rupture avait étonné et consterné les salariés. Le groupe transalpin avait justifié son retrait par des questions de stock et de trésorerie insatisfaisantes. Ce départ brutal puis ce retour inopiné semble relever d'une stratégie du coup de pression afin de se placer en position de force dans le cadre des négociations de reprise. 

Une autre offre pour le site de Custines

L'espagnol Sidenor a déposé une offre de reprise pour le site de Dunkerque et celui de Custines. Cette offre pour l'usine Meurthe-et-mosellane entre en concurrence directe avec celle de Venete.

Quant au site de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), il est l'objet d'une offre de l'Italien Marcegaglia, candidat pour une reprise partielle.

S'ouvre à présent la phase de négociations sur les conditions de la reprise. Parmi les questions cruciales : l'apurement du passif, et surtout le nombre des emplois conservés, un point sur lequel les représentants des salariés seront particulièrement attentifs. Le tribunal de commerce de Strasbourg (Bas-Rhin) rendra sa décision le 30 mai 2024.

Les représentants syndicaux ont prévu une assemblée générale mardi 30 avril pour informer l'ensemble des salariés sur le détail des offres.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité