Terres de Jim, l'heure du bilan : 110.000 visiteurs et des ministres qui ont pris peur

Publié le Mis à jour le
Écrit par Jean-Christophe Dupuis-Rémond
© France 3 Lorraine

110.000 visiteurs et deux grands absents : le Premier ministre et le ministre de l'Agriculture. Par crainte de se faire bousculer expliquent les organisateurs qui se désolent de cette absence malgré le grand succès populaire de l'édition 2015.

Alors qu'ils s'étaient rendus sur la manifestation en Aquitaine en 2014, Manuel Valls le Premier ministre et son ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll ont boudé l'édition Lorraine 2015 des Terres de Jim. Sans doute par peur d'être bousculés dans une période où les relations entre le monde agricole et l'exécutif ne sont pas des meilleures, en raison notamment de la crise du coût de la viande.

Pourtant le message était clair pour les organisateurs, les Terres de Jim sont une fête et ni le lieu des manifestations, ni celui des débordements. Pourtant attendus, même si la manifestation ne figurait pas dans leur planning officiel, les deux hommes politiques ont renoncé et les organisateurs, membres de la profession s'en désolent.

"Le gouvernement a eu peur de venir, quand on est élu on n' a pas avoir peur. Stéphane Le Foll aurait dû être présent." Julien Charpentier, président des Jeunes Agriculteurs de la Moselle (JA 57).


Le reportage de Jean-Christophe Panek et Emmanuel André :
durée de la vidéo: 01 min 26
Terres de Jim : 110.000 visiteurs

Pour autant la 62e édition implantée sur l'ancienne base aérienne de Metz-Frescaty (Moselle) a connu une belle fréquentation. Et cela malgré un week-end très arrosé : 10.000 visiteurs sont venus à la découverte de ce que le monde agricole avait de meilleur à présenter.

L'édition 2016 se déroulera en Vendée.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.