Thionville : la direction de l'hôpital annonce le recrutement de douze soignants pour sortir de la crise aux urgences

Depuis le 30 décembre 2022, 55 infirmiers et soignants des urgences de Thionville sont en arrêt maladie pour protester contre leurs conditions de travail. Le recrutement de douze personnes a été proposé mardi 3 janvier 2023 par la direction du Centre Hospitalier Région de Metz-Thionville.

"Nous devrons créer 6 postes infirmiers de façon à assurer une activité 24h sur 24 et une prise en charge, ainsi que (...) 6 aide-soignants qui sont amenées à travailler sur des fonctions de prise en charge de proximité des patients mais aussi de lien avec les familles", a déclaré au cours d'une conférence de presse David Larivière, le directeur général par intérim du CHR.

"Cela correspond à la demande qui a été formulée par l'équipe, nous y avons répondu favorablement", a-t-il ajouté. "Nous avons également envisagé des solutions en interne pour mieux organiser les locaux et donc étendre les surfaces de prise en charge des patients".
"De nombreuses propositions ont été faites, elles sont porteuses d'espoir", a réagi Philippe Alarcon, chef du service des urgences de Thionville, présent lors de la conférence de presse, "mais on ne fait pas une révolution en 24 heures, la situation est assez semblable dans d'autres établissements français".

durée de la vidéo : 00h01mn53s
La direction de l'hôpital de Thionville annonce le recrutement de douze soignants pour sortir de la crise aux urgences. ©Gregory Boileau/Eric Bertrand/France 3 Lorraine

Un épuisement physique et psychologique des soignants


"Ces mesures sont tout à fait insuffisantes", a réagi Patricia Schneider, déléguée Sud-Santé auprès de l'Agence France Presse (AFP), "les 6 aide-soignants ne feront pas que des tâches aux urgences mais également dans d'autres services, et les 6 postes d'infirmiers ne sont pas pérennes mais provisoires. Le directeur a lui-même reconnu en réunion qu'il n'avait pas de mesure de long-terme à proposer".

Selon l'AFP, les soignants interrogés ont fait part de leur "épuisement physique et psychologique" face aux difficultés de prendre en charge les patients dans un service qui enregistre régulièrement plus de 100 passages par jour mais ne dispose que de 12 box d'accueil, et dans un établissement qui manque de lits d'hospitalisation.

Plusieurs soignants ont par exemple fait état d'un patient de 90 ans resté "plus de 90 heures" sur un brancard, et qui n'a "été changé qu'une seule fois" au cours de cette période.

La directrice de l'ARS Grand Est, Virginie Cayré, a par ailleurs annoncé à l'AFP que le nouveau directeur général du CHR de Metz-Thionville serait nommé "d'ici la fin du mois de janvier", pour une prise de fonction "au plus tard fin mars". (avec AFP)

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité