VIDEO. Ginette Kolinka, rescapée de la Shoah témoigne devant des collégiens mosellans

Ginette Kolinka a témoigné à Amnéville (Moselle) ce lundi 14 janvier 2019 devant 180 collégiens de son passé dans les camps de concentration / © Yves Kreidl / France 3 Lorraine
Ginette Kolinka a témoigné à Amnéville (Moselle) ce lundi 14 janvier 2019 devant 180 collégiens de son passé dans les camps de concentration / © Yves Kreidl / France 3 Lorraine

Ginette Kolinka, 93 ans, déportée et rescapée de plusieurs camps de concentration, a rencontré lundi 14 janvier les élèves des collèges de Marange-Silvange et d’Amnéville en Moselle pour transmettre son histoire.
 

Par Rayene Boumerdas

Du haut de ses 93 ans et devant plus de 180 élèves ce lundi 14 janvier 2019, Ginette Kolinka raconte son histoire et livre tous les détails de son passé dans trois camps de concentration. 
Ce type de rencontre avec les élèves du primaire, du collège et même du lycée se produit assez souvent « même le samedi et dimanche, certains établissements ouvrent exprès et les élèves viennent accompagner de leurs parents ».

Réticente et ne voulant pas déranger les membres de sa famille, Ginette Kolinka a commencé à transmettre son histoireseulement dans les années 2000. C'est par hasard que cette aventure a débuté, pour rendre service au président d’association Union des Déportés d’Auschwitz « je ne voulais pas embêter mes amis, ma famille ».
 
Ginette Kolinka, ancienne déportée : transmettre l'histoire aux nouvelles générations

Durant plus d’une heure et demie, la nonagénaire prêche la tolérance et souhaite lutter contre l’antisémitisme et le racisme « il faut se rappeler que ces nazis ont préparé l'extermination à l’avance, cette haine est terrible et c’est cette même haine qui a transformé Hitler en gourou ».

A la question posée par les élèves « lequel de ces camps vous a le plus marqué ? », Ginette Kolinka répond sans aucune hésitation que c’est celui de Birkenau, elle énumère ensuite les faits qui lui sont arrivés lorsqu’elle, son père, son frère et son neveu ont été déportés par wagons, lorsqu’arrivée ensuite au camp, elle a été obligé de se déshabiller, d’avoir un tampon au bras, de se faire couper les cheveux et se faire raser le sexe.

Pour d’autres femmes, le pire cela a été de se faire tamponner le bras, d’autres de se couper les cheveux, mais pour moi le pire ça a été la nudité.

La salle est silencieuse, les élèves l’écoutent raconter son récit poignant « c’est à nous maintenant de le retransmettre et de continuer cette chaîne » ajoute Lisa une élève de 3ème.
 

Son parcours

Ginette Kolinka, née Cherkasky, est née le 4 février 1925 à Paris, issue d’une famille juive de sept enfants. Elle et sa famille ont fui Paris et trouve refuge dans la zone libre non occupée par les allemands à Avignon.

  • Du 14 mars jusqu’à fin mars 1944 : incarcérée à Marseille à la prison des Baumettes.
  • Du 1er avril au 13 avril 1944 : internée au camp de Drancy
  • Du 16 avril jusqu’à novembre 1944 : déportée au camp d’extermination Auschwitz-Birkenau
  • De novembre 1944 à février 1945 : déportée au camp de concentration Bergen-Belsen
  • De février à avril 1945 : déportée au camp de concentration de Theresienstadt où elle travaille dans une usine de pièces d’aviation.
  • En mai 1945 : elle a été libérée alors qu’elle était malade du typhus pour rejoindre quelques membres de sa famille à Paris.

Sur le même sujet

Les + Lus