VIDEO. Rembobinons : la rue Serpenoise à Metz, avant et après les voitures

L'entrée de la rue Serpenoise à Metz (Moselle), dans les années 60, de côté de la place de la République. / © Archives INA / France 3 Lorraine
L'entrée de la rue Serpenoise à Metz (Moselle), dans les années 60, de côté de la place de la République. / © Archives INA / France 3 Lorraine

Les plus anciens s'en souviennent certainement, les hyper-centres de nos villes, souvent piétonniers aujourd'hui, étaient autrefois traversés par des flots de véhicules. Nos documentalistes ont retrouvé, dans nos archives à l'INA, des images de la rue Serpenoise à Metz, alors livrée aux voitures. 

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

La place de la voiture au coeur de la cité est un débat qui existait déjà à l'époque des carrioles à chevaux et même des chars à bras gaulois.

Avec le développement de l'automobile à la fin du 19e siècle puis son accès progressif permis à tous les citoyens dans le courant du 20e siècle, la problématique de la cohabitation entre les véhicules et les piétons est devenue de plus en plus importante. Une situation parfois renforcée par l'étroitesse des axes au centre des villes moyennes.

C'est ainsi que dans les années soixante s'est posée la question de faire cesser le passage des voitures par le centre-ville à Metz (Moselle). Un passage devenu carrément problématique rue Serpenoise en raison des nombreuses enseignes présentes de part et d'autre de la voie de circulation.
© Archives INA / France 3 Lorraine
© Archives INA / France 3 Lorraine
L'idée de rendre piétonne cette artère commerciale importante a pris corps à partir de 1972, avec la remise d'un rapport sur ce thème. Il faudra ensuite attendre quelques années pour que le projet piétonnier accompagnant le nouveau plan de circulation à Metz soit réalisé.
Ce sera chose faite en 1979.
A compter de cette date, seuls quelques riverains en voiture et de rares bus continueront à emprunter la rue Serpenoise. C'est toujours le cas aujourd'hui.

Mais si globalement l'idée de piétonniser cet axe majeur (et ses voisins) du centre-ville a plutôt rencontré une adhésion de la majorité des messins, c'est un autre élément qui a créé une (légère) polémique au à la fin des années 70.
Les pavés. Choisis pour remplacer le bitume de la chaussée.
Bonne idée pour les uns, "moches" pour les autres, ils sont la preuve que même lorsque l'on veut faire bien, dans l'intérêt général, c'est là aussi dans les détails que le diable se niche!
Rembobinons Doc/INA: la rue Serpenoise à Metz

 

Sur le même sujet

Les + Lus