Municipales 2020 : ça tangue et ça balance pas mal à Thionville !

En s'invitant à la dernière minute dans la campagne et en se posant en sauveur de la droite, Patrick Luxembourger est venu troubler une campagne qui s'annonçait "pépère" à Thionville / © France 3 lorraine
En s'invitant à la dernière minute dans la campagne et en se posant en sauveur de la droite, Patrick Luxembourger est venu troubler une campagne qui s'annonçait "pépère" à Thionville / © France 3 lorraine

Entre attaques et contre-attaques, les candidats se répondent par conférence de presse dans une campagne rocambolesque avec en toile de fond : des accusations de malversations immobilières. Le duel Cuny-Mertz sera arbitré par les Verts mais surtout le "dynamiteur" Patrick Luxembourger.

Par Jean-Christophe Panek


C’est une campagne qui était partie pour être "pépère" avec le maire sortant Pierre Cuny (Cuny 2020) opposé à l’ancien maire Bertrand Mertz (Ensemble, faisons Thionville) avec en arbitre les Verts de Guy Harau (Thionville en mieux). Un scénario ultra classique et même débarrassé des étiquettes d’antan. Plus de LR, plus de PS… une opposition d’hommes, de programmes et d’ambitions !

Mais Patrick Luxembourger (Thionville le renouveau) est venu semer le trouble. L’ancien maire de Terville, qui avait décidé de ne plus se représenter dans sa ville après trois mandats s’est invité à quelques kilomètres de là : à Thionville. A 52 ans, Patrick Luxembourger avait pourtant annoncé "vouloir se consacrer à sa carrière professionnelle" en tirant un trait sur la politique. Mais en 36 heures, il réussit à boucler une liste et la dépose à la dernière minute. Une initiative motivée en raison "d’un scandale qui pourrait éclabousser l’équipe du maire sortant" avant d’ajouter qu’il se présente donc comme "un recours à droite."
Vendredi 28 février 2020, Patrick Luxembourger tient une conférence de presse en précisant que "des médias locaux et parisiens ont engagés des investigations depuis des mois, sur semble-t-il, un énorme scandale qui toucherait l’ensemble de la Moselle et évidemment les secteurs de Metz et Thionville. Il est évident que si de telles révélations était faites, ça perturberait le jeu normal des élections." D’où la décision de l’ancien maire de Terville "d’offrir une alternative aux électeurs thionvillois au cas où". Patrick Luxembourger se pose en sauveur d’une droite représentée par Pierre Cuny, condamnée à devoir répondre de malversations devant la justice... Tout cela, sans avancer la moindre preuve.
Dans les faits, cette affaire se résume à une guerre immobilière comme l’expliquent nos confrères du Républicain Lorrain. En clair : des cessions de terrains au profit d’un promoteur à des prix inférieurs à ceux du marché mais aussi la participation d’élus à un voyage que ce promoteur aurait organisé à titre privé.

Directement visé, Pierre Cuny. Le maire sortant LR, soutenu par LREM, met beaucoup de temps à réagir. Dimanche 8 mars 2020, il s’exprime enfin via son compte Facebook pour parler de "rumeurs" et "d’allégations totalement infondées et fantaisistes..." avant d’ajouter qu’il est ​​​​​​​"outré par de telles manœuvres et leur utilisation politique. J’affirme avec force et conviction qu’il n’existe aucun favoritisme dans l’attribution de marché et la vente de terrain dans la ville de Thionville." Une plainte est même déposé ​​​​​​​"contre celles et ceux qui sont à l’origine de ces accusations" pour propos calomnieux. Pierre Cuny est plus que jamais déterminé à aller au bout de cette campagne.

Je dis aux Thionvillois et Thionvilloises, ne vous faites pas voler votre élection !
- Pierre Cuny (Cuny 2020)


Des propos que Pierre Cuny a réitéré lors une conférence de presse à la Mairie de Thionville ce mardi 10 février 2020. ​​​​​​​"J’ai été très touché par ce que j’ai pu lire dans la presse concernant la vente de terrain à des prix inférieurs au marché et de favoritisme concernant certains groupes immobiliers​​​​​​​" a-t-il expliqué au micro de Fabrice Rosaci (France 3 Metz). "J’ai apporté la preuve, consultable par tous, que l’on travaillait avec plus d’une quarantaine de groupes immobiliers ou promoteurs immobiliers… Il n’y a pas de favoritisme. Sortir ou évoquer un dossier une semaine avant le premier tour des municipales ne trompe personne ! Je dis aux Thionvillois et Thionvilloises, ne vous faites pas voler votre élection ! Le débat ne doit pas aller sur des rumeurs qui n’ont aucun fondement… Je pense qu’il fallait que je réponde. Il s’agit là de mon intégrité. Je me sens sali. Mon parcours parle pour moi… Me retrouver à justifier une telle situation, même si le maire n’est pas directement visé, me marque profondément."

De son côté, Bertrand Mertz, qui souhaite regagner la mairie est peu loquace sur le sujet. Il a cependant accepté de répondre aux questions de France 3 Lorraine. "Moi, je suis avocat et je respecte la présomption d’innocence. Après, ce qui arrive à monsieur Cuny, ne m’étonne pas. Si Pierre Cuny avait procédé, comme je procédais lorsque j’étais maire, il n’aurait pas eu ces soucis. Lorsque la mairie vendait une emprise foncière, elle ne vendait pas de gré à gré. Il y avait une mise ne concurrence et un jury de concours composé d’élu de la majorité et de l’opposition qui délibérait à bulletin secret. On évitait tout risque de soupçon sur les ventes ! Ce n’est pas obligatoire lorsque la ville vend mais c’est une sécurité juridique."
 

A Thionville, 70% des permis de construire sur des emprises publics ont bénéficié à un seul et unique promoteur
- Bertrand Mertz (Ensemble, faisons Thionville)


Bertrand Mertz se garde bien de parler d’amateurisme mais c’est tout comme vis-à-vis de son adversaire aux municipales. "Lors des conseils municipaux, nous avons soulevé ces problèmes à plusieurs reprises en tant qu’opposition. Nous considérions que les conditions dans lesquelles les ventes intervenaient étaient bizarres… Elles nous interrogeaient en tout état de cause. On voyait toujours revenir le même promoteur qui parfois venait avec quelqu’un qui jouait les intermédiaires… Ce qui arrive maintenant ne m’étonne pas ! A Thionville, 70% des permis de construire sur des emprises publics ont bénéficié à un seul et unique promoteur."

A Thionville, la fin de campagne s’annonce très tendue et ces rebondissements laisseront sans doute de traces. "Il est possible que marginalement, cette affaire, joue un rôle" admet Bertrand Mertz avant de préciser que de son côté : "je fais une campagne positive."

D’ici vendredi soir, on peut également imaginer que Patrick Luxembourger en rajoutera une couche même s’il se contente de répéter que c’est aux journalistes de révéler ces affaires. A chacun son métier martèle t-il dans cette drôle de campagne. "Après des jours de mensonges que je supporte avec sang froid, j'envisage à mon tour de rencontrer la presse. Celui qui me fera passer pour un menteur n'est pas encore né." a précisé Patrick Luxembourger sur son compte twitter ce mardi après midi.
 

Sur le même sujet

Les + Lus