Réforme territoriale : les dépenses du Grand Est ont augmenté après la fusion des régions

Carte des dépenses des régions par habitant entre 2016 et 2017 - Données publiées par la fondation Ifrap / © M.Ruch
Carte des dépenses des régions par habitant entre 2016 et 2017 - Données publiées par la fondation Ifrap / © M.Ruch

Selon une étude menée par l'Ifrap et publiée dans les Echos, les dépenses des treize nouvelles grandes régions ont augmenté de 2,6 milliards d'euros entre janvier 2016, date de leur création et 2017. Le Grand Est n'y échappe pas avec 14% de dépenses supplémentaires.

Par Judith Jung

Selon une étude menée par l'Ifrap, la fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques, publiée dans les Echos, les dépenses des treize nouvelles grandes régions ont augmenté de 2,6 milliards d'euros entre janvier 2016, date de leur création et 2017. Le Grand Est n'y échappe pas avec 14% de dépenses supplémentaires, soit 444 euros par habitant. La fusion devait permettre des économies, non? Ne s'agissait-il qu'une politique volontariste pour simplifier la carte administrative de notre pays? Une chose est sûre pour comprendre ces données, il faut aller dans le détail.


Que signifie cette hausse de 14% des dépenses du Grand Est ? 

Quand on parle des dépenses, il s'agit :

• des dépenses d'investissement : + 13% pour le Grand Est (hors remboursement de la dette) soit 113 euros par habitant
• des dépenses réelles de fonctionnement : + 15% pour le Grand Est soit 331 euros par habitant
 
Carte exposant les dépenses totales des régions et l'évolution de ces dépenses entre 2016 et 2017 / © M.Ruch
Carte exposant les dépenses totales des régions et l'évolution de ces dépenses entre 2016 et 2017 / © M.Ruch

En ce qui concerne les dépenses d'investissement, en hausse dans la plupart des régions, elles s'expliquent par le développement numérique, le soutien à l'emploi ou le développement d'infrastructure. Les dépenses de fonctionnement, quant à elles, ont fortement progressé par rapport à 2016 notamment en raison des compétences (formation, apprentissage, enseignement, transport, attractivité économique)  que les régions ont récupérées des départements au moment de la fusion selon l'Ifrap.

Autre poste qui a fait s'envoler les dépenses de fonctionnement, celui des dépenses de personnel qui a augmenté de 2% dans le Grand Est. Ce qu'il faut alors comprendre est que sans ces compétences complémentaires, auxquelles s'ajoutent les baisses des dotations de l'Etat, les nouvelles régions dont celle du Grand Est n'auraient pas autant explosé leur budget. Une réalité visible, également, sur le site des collectivités locales qui affiche les comptes individuels des régions.
 

Qu'en sera-t-il au moment de la création de la "collectivité européenne d'Alsace"?

On peut se poser la question. Si les dépenses ont augmenté depuis la fusion des régions, il y a presque trois ans, qu'en sera-t-il pour le Grand Est quand les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin formeront la collectivité européenne d'Alsace qui, rappelons-le, disposera de nouvelles compétences (bilinguisme, transfrontalier, tourisme, transports)? Si les postes sont plus nombreux, ils augmenteront naturellement les dépenses. Selon l'Ifrap et à la vue générale des données des efforts supplémentaires sont possibles au sein des régions les plus dépensières. Mais peut-être que le réel but de la fusion des régions était de faire des économies au niveau de l'Etat.
La plus forte hausse est pour la Bretagne (région non fusionnée), suivie par l’Occitanie et l’Auvergne-Rhône-Alpes, tandis que l’Île-de-France (région non fusionnée) arrive à légèrement faire baisser ses dépenses totales. 

sc_194_regions_2018_-_ifrap (1) by jung on Scribd

Sur le même sujet

Visite de Patricia Kaas à Forbach - Réactions de vieilles dames

Les + Lus