Cet article date de plus de 3 ans

Régionalistes et autonomistes en université d'été à Kintzheim

Une Université d’été de la fédération Régions et Peuples solidaires s'est ouverte ce jeudi à Kintzheim. Alsaciens, Corses ou encore Bretons se sont donnés rendez-vous pour trois jours de débats entre partis régionalistes et autonomistes à Cigoland.
© Y. Ledig
Après la Bretagne en 2016, la 22ème université d'été de Régions et Peuples solidaires a lieu cette année en Alsace, organisée en collaboration avec le parti Unser Land et l'Alliance Libre Européenne.

Dès l'ouverture des débats jeudi matin, il a été question du droit local alsacien-mosellan. Jean-Marie Woehrling, le président du Centre culturel et alsacien et Antoine Fabian, le vice-président du conseil d'administration du Régime local d'assurance-maladie ont évoqué cette spécificité tout en se demandant si un tel régime était exportable dans tous les territoires. Un peu plus tard, la réforme des collectivités territoriales a été évoquée. Il a été question des conséquences de cette réforme, notamment en Alsace. Les participants ont ensuite parlé économie jeudi après-midi. Les débats portaient sur le nouveau découpage régional et ses conséquences pour le développement économique.

La journée de vendredi s'annonce plus internationale et surtout européenne. Gustave Alirol, le président de Régions et Peuples Solidaires, animera un débat sur "Régions et Europe" aux côtés de Mikel Irujo, représentant de la Navarre au Comité européen des régions et du Corse Roccu Garoby-Colonna, vice-président de l’Alliance libre européenne (ALE) jeune. Un congrès du mouvement Régions et Peuples solidaires cloturera ces rencontres, il se déroulera samedi toute la journée. 

Ce rendez-vous se tient quelques semaines seulement après les dernières élections législatives qui ont vu trois députés autonomistes corses être élus à l'Assemblée nationale. En Alsace, Gérard Simler (Unser Land) avait accédé au second tour des élections législatives dans la 5è circonscription du Haut-Rhin. Une première pour ce parti. L'ancien conseiller général du canton de Marckolsheim avait créé la surprise en terminant deuxième du premier tour avec 16,85% des suffrages devant la candidate du Front National Eliane Klein, à 15,91%. Il n'avait cependant pas été élu au second tour.

Raphaël Schellenberger favorable à un nouveau statut territorial pour l’Alsace
© Maxppp


A l'occasion de cette université d’été à laquelle il participe, le député (LR) haut-rhinois Raphaël Schellenberger a expliqué ce jeudi que l’ensemble des parlementaires alsaciens LR, LREM et UDI se sont mis d'accord pour proposer au président de la république un nouveau statut territorial pour l’Alsace, comme le rapporte les DNA sur leur site jeudi. Cette démarche aura lieu à l'automne, a encore précisé le parlementaire. L'objectif des élus est de parvenir à ce nouveau statut en 2021. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique culture régionale