Reims, Troyes, Charleville : "j'ai tenté de prendre rendez-vous chez un ophtalmo"

Pour prendre rendez-vous chez un ophtalmologue, il faut savoir être patient. Pour dresser un état des lieux en Champagne-Ardenne, nous avons cherché à prendre rendez-vous dans plusieurs cabinets à travers la région, en vue d'une première consultation. 

Pour réaliser cet article, j'ai cherché à prendre un rendez-vous chez un ophtalmo pour une première consultation. En l'occurence, j'en avais vraiment besoin. J'en ai profité pour essayer d'estimer le temps moyen nécessaire pour rencontrer un praticien. Et d'une ville à l'autre, la situation est très différente. Exemple à Reims, Troyes et Charleville-Mézières. 
 

Reims : les départs en retraites s'enchaînent, les patients trinquent 


Malgré sa taille,  et bien qu'elle soit classée 12e ville de France en terme de population, la ville de Reims n'est pas épargnée par les problèmes liés à la pénurie d'ophtalmos. Sur les dizaines de cabinets contactés, le temps d'attente oscille entre 2 et 3 mois, parfois plus. Trois des médecins contactés sont déjà à la retraite, et continuent d'exercer afin de ne pas laisser leur patientèle sur le carreau. 

Première intermédiaire entre les patients et leurs docteurs, Céline Chrétien a été témoin en tant que secrétaire médicale de l'évolution de la situation. Elle raconte : "en quelques années, la situation s'est aggravée. Avec plusieurs départs à la retraite simultanés, il y a eu un trop-plein soudain de patients. Et nous, à l'autre bout du fil, on sent leur déception."

Solution alternative, le centre "Ophtalmologie Express", qui permettrait d'être reçu plus rapidement pour un entretien avec des orthoptistes, des soignants qualifiés pour effectuer les premiers actes médicaux. Là, j'ai obtenu un rendez-vous avec un orthoptiste pour le 6 décembre. 
 

À Troyes, un avenir inquiétant 


Du côté de la cité Tricasse, nous n'avons pas été plus chanceux. Après plusieurs coups de téléphones, le constat est le même : difficile de trouver une place avant la fin de l'hiver, en mars voire en avril. Une exception : nous avons pu trouver un cabinet qui pouvait nous prendre, chez un ophtalmologue qui vient d'ouvrir ou plutôt d'ouvrir à nouveau son cabinet. La date était proche, le 3 décembre ! 

Sortant de sa retraite après plusieurs années d'exercices, le docteur Michel Vautier n'est pas exactement un novice. "Je reçois des clients depuis 1978, et la situation de la ville est dramatique. Deux de mes confrères vont partir en retraite, sans être remplacés. 

Moi, ça fait 8 ans que je cherche quelqu'un pour reprendre le flambeau, jusque dans les autres pays francophones. Personne.
- Docteur Michel Vautier, ophtalmo à Troyes. 


Si pour une simple consultation le délai reste dans les normes, la situation est plus grave concernant les actes d'opérations ophtalmologiques. "Souvent, je suis obligé d'envoyer les gens qui viennent me voir vers d'autres villes, comme Paris ou Nancy."
 

Charleville-Mézières : une oasis médicale dans les Ardennes ? 


Les nouvelles sont plus rassurantes du côté de Charleville-Mézières. Si nos tests ne révèlent pas pour l'instant de différences notables avec les délais troyens, le futur s'annonce plus radieux. La ville a le cabinet ophtalmologique ouvrir, en lieu et place d'un bâtiment des douanes inoccupés, en début d'été dernier. 

Mais tout récemment, c'est l'ouverture du Centre ophtalmologique Bérégovoy, annoncée ce mercredi 20 novembre, qui va ravir les patients Ardennais. La structure, qui abritera un ophtalmologue et un orthoptiste, devrait ouvrir d'ici février 2020. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société ruralité