Retour à l’école le 22 juin : le nouveau protocole sanitaire suscite des soulagements mais aussi des craintes

Le protocole sanitaire allégé a été diffusé jeudi 17 juin. Fini la distanciation en maternelle, un mètre au primaire quand c’est possible et des masques conservés pour les collégiens. Des mesures qui soulagent certains directeurs d'école, mais ne rassurent pas forcément tous les enseignants.

Le protocole sanitaire a été allégé pour la rentrée générale du 22 juin 2020.
Le protocole sanitaire a été allégé pour la rentrée générale du 22 juin 2020. © Lodoïs Gravel. France Télévisions

Présenté ce mercredi 17 juin, le nouveau protocole sanitaire qui va s’appliquer dans tous les établissements scolaires dès le lundi 22 juin 2020, a un objectif très clair : permettre le retour de la quasi-totalité des élèves. Les mesures de distanciations sont donc allégées, voire supprimées. Mais quelques règles de non croisement des classes persistent pour limiter la propagation du virus.

Resocialisation en maternelle

Magali Leclaire est directrice d’école à Pagny Sur Moselle, et secrétaire générale UNSA Education Grand est.  Pour elle, l’allègement des mesures est plutôt un soulagement. "Depuis le 11 mai on ne faisait plus de cours de maternelle, à cause des distances à respecter. Avec la levée de la distanciation pour les plus petits, on va pouvoir travailler à nouveau sur la socialisation des enfants", nous explique-t-elle.

Au primaire et au collège, le mètre de distance entre les élèves est à respecter... Quand c’est possible. En clair, les établissements doivent faire du mieux qu’ils peuvent, sinon le masques reste obligatoire pour les collégiens, et les professeurs de façon générale. Pour les syndicats enseignants, comme le SNES FSU, ce protocole n’est pas forcément de nature à rassurer tous les professeurs et les élèves.

Le premier protocole était certes contraignant, mais compréhensif car il nous protégeait. Là on met à la poubelle tout ce qui a été fait, c'est perturbant.

Bruno Henry, secrétaire académique SNES-FSU.

Limiter les croisements, si possible

Pour limiter les risques de recrudescence, il est demandé aux personnels de ne pas mélanger les élèves de différentes classes, de "limiter leur croisement" dans la cour et à la cantine. Une mesure qui ne sera pas facile à faire respecter partout s’il faut faire manger rapidement l’ensemble des élèves sur la pause méridienne, nous explique-t-on.

Au collège, cela va être compliqué à appliquer dans des cours de langue organisées par niveau, et non par classe.

François Wey, secrétaire départemental FSU 54

Une règle vient jeter un peu le flou, la distanciation physique ne s’appliquera pas dans les espaces extérieurs entre les élèves d’une même classe (uniquement en lieu clos donc). L’organisation de la classe en extérieur est encouragée. Pour le recteur de l’académie Nancy-Metz, Jean-Marc Huart, ces mesures sont cohérentes. Dans la mesure où les règles sanitaires ont été allégées à peu près partout, elles doivent aussi l’être à l’école.   

Il est important que les élèves se reconnectent avec leurs professeurs  et leurs camarades pour recréer un lien avec le système scolaire avant les grandes vacances.

Jean-Marc Huart

Et de rajouter que "l’assouplissement des règles était une attente de nombreux parents". Les accompagnants en tout cas seront à nouveau autorisés à rentrer dans les écoles, à condition de porter un masque et de se désinfecter les mains. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société coronavirus - confinement : école à la maison santé