Strasbourg : deux hommes condamnés pour avoir entretenu une relation avec une enfant de 9 ans sur internet

Deux hommes, demeurant dans l'agglomération de Strasbourg, ont été condamnés pour avoir échangé des messages et vidéos à caractère sexuel avec une enfant de 9 ans et pour détention d'images à caractère pornographique.

L'enfant de 9 ans s'était inscrite sur un site de rencontre. La photos de représentation qu'elle avait publiée ne laissait pourtant aucun doute sur son âge.
L'enfant de 9 ans s'était inscrite sur un site de rencontre. La photos de représentation qu'elle avait publiée ne laissait pourtant aucun doute sur son âge. © Maxppp / France Télévisions

En mars 2020, une père de famille mulhousien signalait à la police que sa fille de 9 ans était en contact avec deux hommes et échangeait avec eux, via un site de rencontre, des messages et vidéos à caractère ouvertement sexuel. La photo de représentation qu'elle avait publiée sur le site ne laissait pourtant aucun doute sur son âge.

L'enquête a permis d'identifier deux hommes, sans liens entre eux, demeurant dans l'agglomération strasbourgeoise, l'un âgé de 60 ans, professeur de lycée placé en invalidité, et le second âgé de 25 ans, intérimaire. Les enquêteurs de la brigade criminelle, avec l'assistance du Laboratoire d'Investigation Opérationnel du Numérique (LION) de la DZPJ-EST, ont procédé en mars 2021 à leurs interpellations.

Les perquisitions ont permis de saisir les fichiers numériques contenus dans les téléphones et ordinateurs des deux prévenus. Des éléments illicites à caractère pédopornographique ont été découverts, en plus grande quantité chez l'enseignant. Le jeudi 20 mai 2021, les mis en cause ont été jugés en comparution immédiate des chefs de corruption de mineur, proposition sexuelle à mineur de moins de 15 ans, et détention d'images pédopornographiques. L'enseignant a écopé de 15 mois d'emprisonnement, dont 4 ferme. Le second prévenu de 25 ans à 11 mois de prison avec sursis.

Au regard de cette affaire, la Direction zonale de la Police judiciaire-Est rappelle dans un communiqué l'utilité de limiter l'accès à internet aux enfants "en activant des filtres parentaux et de ne pas laisser les jeunes seuls devant les écrans, sans contrôle d'un adulte".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité justice