• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Surmelin. Toutes les hypothèses restent possibles concernant la source de la pollution

© Hicham Rami / France 3 Champagne-Ardenne
© Hicham Rami / France 3 Champagne-Ardenne

Une première piste menait à une ancienne décharge située dans la Marne. Mais des analyses privées récentes révèlent la présence de produits issus de l'agriculture
 

Par Raphaël Doumergue

Alerté par la présence de poissons morts dans le Surmelin, il y a une dizaine de jours, Gabriel Moreau, le maire de la Ville-sous-Orbais remonte en direction de cet affluent de la rivière. Mais sans trouver pour le moment aucune trace de pollution. L'origine reste encore à déterminer.

" Il existe trois hypothèses. Il existe une déchetterie à 150 m de la source, mais elle a été fermée dans les années 50 et à ma connaissance elle n'a plus servi que pour déposer des pierres. La deuxième hypothèse remonte à plus de cent ans. Il y a eu dans les environs une grosse activité militaire durant quelques jours pendant la 1ère guerre mondiale. Et est ce que quelque chose a pu être enfoui ou oublié c'est possible" explique Gabriel Moreau.

" La troisième hypothèse c'est une pollution agricole accidentelle par rupture d'une cuve d'azote liquide et ça ça aurait pu se produire dans un rayon de plusieurs dizaine de kilomètres parce que c'est des filets d'eau qui circulent, ce n'est pas vraiment des nappes, et un filet d'eau ça peut être pollué de très loin" précise le maire.

Une analyse privée révèle la présence dans les eaux de substances agricoles du nitrate, du nitrite et de l'ammonium en très forte quantité.
La quasi-totalité des truites, verrons, chabots et autres loches morts sur une vingtaine de kilomètres entre les départements de la Marne et de l'Aisne.

Les services de l'état mènent leurs investigations pour déterminer la cause de cette pollution. Bien que ce ne soit pas la période de pêche, la préfecture de la Marne a émis un arrêté interdisant la pêche et certains usages de l'eau jusqu'au 30 novembre.

Voir le reportage de Nazim Belabelouahab et Hicham Rami : 

 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Restauration intérieure de la Villa Majorelle à Nancy

Les + Lus