VIDEO - Bruno Studer prend l'accent alsacien à l'Assemblée en réaction à Mélenchon "au risque de choquer"

Le député LREM du Bas-Rhin Bruno Studer a créé le buzz mardi 23 octobre lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale : il a pris l'accent alsacien en référence à la diatribe de Jean-Luc Melenchon contre une journaliste toulousaine. Un trait d'humour qui choque certains.
Bruno Studer, l'un des députés entrés en politique avec La République En Marche
Bruno Studer, l'un des députés entrés en politique avec La République En Marche © T. Padilla / Maxppp
"J'espère que ma question sera intelligible jusqu'au bout malgré mon accent alsacien": Bruno Studer a surpris tous les députés ce mardi après-midi en prenant l'accent alsacien pour poser une question au gouvernement. Il faut dire que cette question s'adressait au ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer pour l'interroger sur sa stratégie d'enseignement des langues vivantes. Question que le député alsacien - qui est également président de la commission de l'Education et des affaires culturelles - a conclu…. avec l’accent marseillais.

« Merci de ce moment glottophile », a souri le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, une fois que le député alsacien avait fini de poser sa question.

Voir l'intégralité de la question de Bruno Studer, avec l'accent alsacien : 


"J'ai décidé de prendre l'accent alsacien en référence à Jean-Luc Mélenchon, explique Bruno Studer que nous avons joint par téléphone après son intervention. "J'ai été très choqué par la violence de sa charge à l'encontre de cette journaliste qui avait l'accent toulousain. Critiquer l'accent de quelqu'un, c'est s'attaquer à quelque chose de très personnel", commente le député LREM.


"Il humilie la culture alsacienne"

Si ce trait d’humour de Bruno Studer, qui ne parle pas du tout avec l’accent en temps normal, en a fait sourire beaucoup, elle suscite l’irritation de certains dans sa région d’origine. "Ce n’est pas parce qu’il ne parle pas alsacien qu’il est obligé de nous singer, nous a confié le député LR haut-rhinois Eric Straumann. Tout le monde a été sidéré", ajoute-t-il.

Même colère pour Raphaël Schellenberger, autre député LR du Haut-Rhin : "Avec cette attitude, [Bruno Studer] humilie la culture alsacienne" a-t-il fustigé par voie de réseaux sociaux après l'intervention du député.
 


"Je savais que je me mettais en danger"

Ces réactions étonnent Bruno Studer qui confie toutefois qu'il s'attendait à ce que sa démarche soit mal comprise. "Je savais que je me mettais en danger en faisant cela, mais je l'ai fait pour défendre mon territoire pour lequel je suis engagé puisque je défends une collectivité territoriale pour l'Alsace. C'est d'ailleurs le sens de ma question" se défend-il. Pendant son intervention devant les députés, le Bas-Rhinois avait ainsi justifié son accent : "Pourquoi est-ce que j'ai envie de prendre l'accent alsacien? Peut-être parce que c'est au nom de cet accent qu'en Alsace, nous avons subi des moqueries, des brimades (...) parfois même des règlements de comptes sanglants".

Pour compléter sa défense, Bruno Studer ajoute que sa mère a l'accent alsacien (du Sundgau) et que tous ses grands-parents parlaient avec l'accent alsacien. "Je trouve important d'affirmer ses racines à l'heure où l'on commémore le centenaire du rattachement de l'Alsace-Lorraine à la France". 


Qu'en aurait pensé Germain Muller ?

Cet épisode nous en a rappelé un autre : un sketch de Germain Muller qui jouait alors le rôle d'un député alsacien défendant son accent : "nous n'avons pas un accent à couper au couteau, nous avons une intonation !" Nous l'avons ressorti des archives :
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique insolite sorties et loisirs