Vosges du Nord : les lynx réintroduits dans le Palatinat se promènent de part et d'autre de la frontière

Les 20 lynx relâchés dans la forêt du Palatinat, au Nord de l'Alsace, se sont bien acclimatés. Certains ont eu des petits, quatre sont morts. Et maintenant ils descendent un peu plus au sud, dans les Vosges du Nord. L'objectif étant de reconstituer une population dans le Rhin supérieur.

Rosa avec deux jeunes, photo prise en janvier 2021 dans les environs de Waldfischbach-Burgalben
Rosa avec deux jeunes, photo prise en janvier 2021 dans les environs de Waldfischbach-Burgalben © FAWF

Depuis 2016, le projet Life a permis la réintroduction de 20 lynx dans la forêt du Palatinat (dans le land de Rhénanie-Palatinat), comme prévu au début du projet : 12 femelles et 8 mâles, capturés en Suisse et en Slovaquie. En mars 2020, le dernier lynx a été relâché, la phase de réintroduction est maintenant donc terminée.

Les équipes allemandes et françaises continuent de surveiller ce grand félin, l'accroissement de sa population et ses déplacements notamment. Au moins 16 jeunes sont nés depuis 2017 et quatre lynx sont morts (un dans un accident de voiture, un autre dans un accident de train et deux animaux morts des suites de blessures). La liste des lynx et leurs derniers passages avérés sont mis à jour régulièrement par les équipes de suivi du projet Life

Sur cette carte, 17 lynx ont pu être identifiés et localisés au mois de février 2021, dont quatre dans les Vosges du Nord (à cheval sur la Moselle et le Bas-Rhin) :

2102 Aktionsraeume Feb21 Pfalz NVogesen SNU LIFE Luchs 01 by Florence Grandon on Scribd

Grâce aux GPS accrochés au cou des animaux relâchés, des données arrivent régulièrement. Pour les jeunes nés dans la région et qui n'ont pas de GPS, les pièges photographiques sont très utiles, mais aussi les photos de chasseurs ou d'amateurs, et les prélèvements faits dans la nature lors d'un passage avéré d'un ou plusieurs lynx (par exemple après une attaque d'un animal d'élevage, des prélèvements ADN peuvent être réalisés).

Le lynx Arcos vient de Suisse, et quand il a été relâché en 2017, il a pris tout de suite la direction du sud, s'établissant dans les Hautes Vosges. Kely, un jeune né en 2019 l'a rejoint en février dernier et Lycka (femelle capturée en Suisse et relâchée en 2020 dans le Palatinat) a fait une courte incursion dans le secteur de Dabo, juste un peu au nord du Donon, avant de revenir dans le Palatinat :

2102 Aktionsraeume Feb21 Vogesen SNU LIFE Luchs 01 by Florence Grandon on Scribd

Ecoponts très utiles

Les deux écoponts (ou passages de faune sauvage) présents dans le Palatinat ont été utilisés par les lynx. Ils leur permettent de pouvoir traverser des axes routiers très fréquentés et dangereux, et d'aller plus au sud. "Notre objectif, à long terme, c'est de permettre aux lynx de faire le lien entre la forêt du Palatinat et le Jura (en France et en Suisse)", explique Sylvia Idelberger, responsable du projet pour la Fondation Nature et environnement (Stiftung Natur und Umwelt RLP), l'association responsable du projet côté allemand.

"Nous voulons recréer ce que nous appelons une "métapopulation du Rhin supérieur", c'est-à-dire des connexions avec les lynx qui vivent dans le Jura, pour augmenter leur territoire, les relier et obtenir un brassage génétique aussi".

Ecopont dans le Palatinat près de Walmersbach qui enjambe la voie rapide B10
Ecopont dans le Palatinat près de Walmersbach qui enjambe la voie rapide B10 © Sylvia Idelberger

Attaques de troupeaux côté allemand

En fevrier 2021, les lynx ont été impliqués dans deux attaques sur des troupeaux de chèvres : à Fischbach bei Dahn et à Steinalben (Rhénanie-Palatinat). 

A Fischbach bei Dahn, "le lynx Filou s'est introduit dans un enclos non électrifié et a tué une chèvre. Afin d'éviter une nouvelle attaque de lynx, trois fils électrifiés ont été placés au-dessus de la clôture", explique la Fondation Nature et environnement dans un communiqué de presse. "Ces mesures de protection sont prévues par le Plan de Management du Lynx en Rhénanie-Palatinat et sont subventionnées à 100%. Tout les accès permettant potentiellement de s'introduire dans l'enclos ont été fermés".

A Steinalben, "c'est le mâle Alfi qui a tué une chèvre. Ce lynx avait déjà attaqué des troupeaux en 2019 et 2020. Deux autres animaux, signalés ultérieurement, ont également été indemnisés. Bien que la cause de la mort n'a plus pu être déterminée, un droit à une indemnisation a été reconnu, en raison de la proximité temporelle des attaques. Pour l'enclos situé à Steinalben, il était possible pour un lynx de sauter au-dessus de la clôture électrifiée, à cause de ballots de paille disposés à proximité. Ceux-ci ont été retirés".

Nous ne pouvons pas laisser les éleveurs seuls après une attaque.

Sylvia Idelberger, Fondation nature et environnement en Rhénanie-Palatinat

Au total, "entre 2016 et 2020, près de 5 300 € d'indemnisations et 7 800 € pour des mesures de prévention ont été attribués dans le cadre du projet de réintroduction de lynx. En complément des mesures de prévention, un projet pilote a été financé pour un élevage de daims à Clausen, afin de tester du matériel de clôture nouvellement développé au Danemark, et dont l'installation a coûté environ 15 600 €", précise encore la Fondation.

"Nous ne pouvons pas laisser les éleveurs seuls après une attaque", explique Sylvia Idelberger. "Nous avons un bon contact avec les éleveurs et nous allons les voir très vite dès qu'ils signalent une attaque. Les indemnisations et les travaux de prévention des attaques sont prises intégralement en charge, et ça les aide aussi beaucoup. Il faut savoir qu'un lynx attaque un ou deux animaux à la fois, il chasse souvent seul. Et il ne revient pas forcément là où il a trouvé à manger la première fois. Ils n'ont pas du tout le même comportement que les loups, qui chassent souvent en meute ou dans l'optique de nourrir leur meute."

Les attaques de lynx peuvent être signalées sous 24 heures, via la Hotline +49 6306-911199 ou par mail : luchs@snu.rlp.de.

Le même suivi pour les éleveurs français existe, pour l'instant il n'y a eu aucune attaque dans le Nord des Vosges. C'est l'office français de la biodiversité (OFB) qui est chargé du suivi côté français.

Il y aurait 120 lynx dans le Jura, régulièrement victimes d'accidents de la route et une vingtaine de ces félins dans les Alpes.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
allemagne international nature massif vosgien parcs et régions naturelles animaux