Coronavirus : à Gérardmer, "imaginez la ville sans le ramassage des ordures"

A Gérardmer les poubelles continuent à être ramassées pendant cette période de confinement. Malgré le Covid-19, le travail continue. Il faut s'organiser pour prendre les précautions nécessaires à la sécurité sanitaire. Et aussi palier les absences de plus en plus nombreuses des agents malades. 

A Epinal, pendant la crise, les éboueurs continuent à travailler en respectant les consignes de sécurité.
A Epinal, pendant la crise, les éboueurs continuent à travailler en respectant les consignes de sécurité. © J.P. Petitcolas, France télévisions
Serge est employé au ramassage des ordures ménagères à Gérardmer dans les Vosges. Depuis le début de la crise il travaille sans arrêt. "Il y a des endroits c’est vraiment très chaud. Par exemple ici la déchetterie est fermée", dit Serge Bernard, chauffeur au service des déchets. "Et en ce moment il y a un peu plus d'ordure que d'habitude. Parfois ça déborde même, mais on arrive toujours à ramasser l’ensemble des ordures ménagères".

On ne va pas rajouter une crise sanitaire à la pandémie!
Jean-Louis Sager, responsable du service des déchets

Comme on pu le constater nos journalistes ce mercredi 1er avril 2020, c'est un devoir pour tous les salariés même si les absences pour raisons médicales se font de plus en plus nombreuses. "La pandémie, elle se diffuse et on n'a pas la main dessus. Alors on ne va pas rajouter une crise sanitaire en plus avec les poubelles qui débordent", explique Jean-Louis Sager, responsable du service des déchets.

La collecte de nos déchets est maintenue

"Le boulot il faut le faire", dit Cyril Mathieu, chauffeur au service des déchets. Il a contracté le Covid-19. Il est resté absent pendant quinze jours. "C’était dur pendant deux semaines, mais maintenant ça va mieux".

Ce qui caractérise le mieux cette équipe, c'est la solidarité.
Melissa Gérard,  responsable de pôle à la communauté de communes des Hautes Vosges 

Ainsi, régulièrement, le gardien de déchetterie apporte des repas aussi aux personnes âgées. "Ce qui est rigolo maintenant, c’est que l'on apporte plus seulement notre Tupperware pour le repas du midi, mais on fait aussi les courses pour tout le monde. C'est vraiment plus la même chose. On a un côté familial pour nous et pour les autres", explique Melissa Gérard.

Et jour après jour, des mercis et des dessins d'enfants sont collés sur les containers à poubelle.
Un accueil toujours aussi chaleureux pour tous ces travailleurs.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société environnement