Déserts médicaux : une station de montagne organise un week end découverte pour séduire les jeunes médecins

En pleine pénurie, la ville de la Bresse dans les Vosges, cherche désespérément des médecins. La commune organise samedi 4 et dimanche 5 mai un week-end découverte pour un groupe de jeunes internes. Une opération séduction.

C’est pour tenter de lutter contre la pénurie de médecins que la maire de la petite commune de La Bresse dans les Vosges, Maryvonne Crouvezier, organise samedi 4 et dimanche 5 mai ce qu'elle appelle un week-end découverte, "on a invité six jeunes internes pour découvrir la région". Au programme : déjeuner avec des élus, des praticiens locaux, et la découverte des nombreux atouts naturels et touristiques du territoire comme Bol d'air et le célèbre fantasticâble.

VIDEO. Découverte de Bol d'Air aventure à La Bresse par les six jeunes internes en médecine.

 

durée de la vidéo : 00h00mn31s
La Bresse. Découverte de Bol d'Air et son Fantasticable dans les Vosges pour des jeunes internes en médecine. ©France Télévisions

Pierre est interne en médecine. En septième année. "On ne se sent pas obligé, mais je pense que c’est important pour nous. Aujourd’hui, dans toutes les villes et tous les villages, on manque de médecin", dit-il.

Et il ajoute : "Il manque tellement de médecins que les villes sont obligées de faire de plus en plus d’efforts pour attirer les jeunes diplômés. On prend l’offre comme elle vient".

Un médecin est déjà parti à la retraite. Il n'a pas été remplacé. L’autre doit partir dans un mois.

Maryvonne Crouvezier, maire de La Bresse

Car en quelques années, La Bresse est devenue un désert médical. "Un médecin est déjà parti à la retraite. Il n'a pas été remplacé. L’autre doit partir dans un mois". Et dans peu de temps il va falloir pallier le départ de deux autres médecins qui partent exercer ailleurs dans le département. "Et il faut savoir que dans ce cabinet médical il y avait deux autres médecins qui ont eux aussi décidé d’intégrer une autre maison de santé dans le village d’à côté, à Cornimont.  Elles souhaitent travailler dans un pôle médical".

Amélie est âgée de 26 ans. Interne, elle constate que ce genre de présentation se fait de plus en plus. "Ça se fait de plus en plus", dit Amélie. "Je pense que toutes les villes cherchent des médecins donc forcément ils nous "courtisent". Le but c’est principalement de trouver un bon environnement de travail et de ne pas être tout seul. Je pense que ça compte beaucoup pour les jeunes médecins mais on reste quand même libre de nos choix". Elle est en huitième année de cursus.

L’inquiétude monte

Désormais, pour la ville trouver un remplaçant vire au casse-tête. "On va expliquer aux jeunes internes tout ce qu’il y a ici. Ce qui se passe et on va leur proposer une visite du territoire avec tout ce qui peut se faire dans la région. On va leur proposer un week-end qui devrait leur plaire". Le problème c’est que La Bresse est une petite commune de 4200 habitants.

Mais ici c’est surtout un village de montagne qui en plein hiver peut accueillir jusqu’à 15.000 personnes et même en été 12.000 ce qui représente beaucoup de monde. "L’autre souci c’est la mobilité car il y a beaucoup de personnes âgées".

 En France d’après les données des agences régionales de santé, deux tiers des Français vivent dans une région où le nombre de médecins généralistes est très insuffisant. «Le but du jeu, c’est bien sûr de les garder ensuite. On les aidera bien sûr dans la recherche d’un logement. On est prêt à faire tout ce qu’il faut pour les aider et les garder", dit Maryvonne Crouvezier. Le département des Vosges risque lui aussi de perdre des praticiens dans les prochaines années. 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité