Vosges : Emmanuel Macron à Darney samedi 30 juin pour commémorer la création de la Tchécoslovaquie

Dernier passage d'Emmanuel Macron dans les Vosges, le 19 avril 2018. / © PATRICK HERTZOG / AFP
Dernier passage d'Emmanuel Macron dans les Vosges, le 19 avril 2018. / © PATRICK HERTZOG / AFP

Ce sera officiel dans quelques jours : le président de la République sera dans les Vosges pour commémorer le centenaire de la création de la Tchécoslovaquie en compagnie des Premiers ministres de la République Tchèque et de la Slovaquie.

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

Dans le cadre des festivités du centenaire qui se poursuivent jusqu'à la fin du mois à Darney dans les Vosges, le point d'orgue sera la présence, le 30 juin 2018, du président de la République, Emmanuel Macron, qui viendra commémorer le centenaire de la création de la Tchécoslovaquie en compagnie des Premiers ministres de la République Tchèque, Andrej Babis, et de la Slovaquie, Peter Pellegrinim.

Andrej Babis pourrait ensuite se rendre seul à
Bataville (Moselle), la ville-usine fondée par l'industriel tchèque Tomáš Baťa, dans les années 1930.
Son ambassadeur en France, Petr Drulák, l'y a précédé au mois de mars.

Ce sera la seconde visite du président de la République dans les Vosges après son séjour de trois jours à Epinal et Saint-Dié en avril, sur le thème de l'Europe et de la Ruralité.

Depuis Raymond Poincaré en 1918, Emmanuel Macron ne sera que le second président de la République Française à se rendre dans la commune des Vosges. Nicolas Sarkozy l'a précédé en 2008, mais en décembre, pour un déplacement sur le thème de la ruralité et de l'avenir des territoires qui la composent.

Darney et les Tchèques : cent ans d'Histoire

Un peu d'Histoire.
La création de la république de Tchècoslovaquie initiée à Paris le 29 juin 1918, s'est déroulée le lendemain à Darney, commune de la plaine des Vosges, où séjournaient 6.000 légionnaires tchèques et slovaques.

Ces derniers n'avaient  pas le droit à leur propre armée car ils dépendaient de la monarchie austro-hongroise. Leur seul moyen de se détacher du joug de l’Autriche était donc de former des légions étrangères.
Ce que la Première Guerre Mondiale va leur permettre.

Ces volontaires, arrivés en 1917, étaient stationnés au camp Kléber, situé à la sortie de la commune, sur la route de Monthureux-sur-Saône.
Ils sont organisés en régiments, les 21e et 22e Régiments de Chasseurs tchécoslovaques, après la publication d'un décret le 19 décembre 1917.
Signé par Raymond Poincaré, alors président et Georges Clemenceau, Premier ministre, il  autorise la création en France d'une armée tchécoslovaque.

Six mois après, la France est le premier pays à reconnaître la Tchécoslovaquie comme Etat indépendant et souverain.
La cérémonie a lieu à Darney où les troupes tchécoslovaques prêtent serment sur le drapeau que leur est remis par Raymond Poincaré, en présence d'autorités Tchécoslovaques.
Le 9 décembre 1918, le tout nouveau président Tomas Garrigue Masaryk, arrivé la veille d'Amérique, se rendait à Darney pour y passer sa première revue militaire en tant que chef de l'Etat.

Depuis 1938, un musée de l'amitié franco-tchécoslovaque a été installé dans le château de Darney et un monument est érigé à la même époque, sur le site du Camp Kléber.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les écoliers de Jeandelaincourt reçus à l'Académie française

Les + Lus