"Il faut préparer son itinéraire" : les opérations de secours en montagne se multiplient dans les Vosges alsaciennes

Depuis l'arrivée de la neige, le 25 décembre dernier, les opérations de secours en montagne ont augmenté dans les Vosges alsaciennes. Les gendarmes appellent à la prudence et rappellent quelques règles de sécurité. 

Les opérations de secours en montagne ont augmenté depuis Noël dans les Vosges alsaciennes
Les opérations de secours en montagne ont augmenté depuis Noël dans les Vosges alsaciennes © DR

L'arrivée de la neige le jour de Noël dans les Vosges alsaciennes a attiré les promeneurs, notamment les habitués des sports d'hiver privés de ski cette année en raison du contexte sanitaire. Mais certains d'entre eux - des vacanciers pour la plupart - vont randonner sans prendre les précautions nécessaires et se retrouvent coincés. Épuisés, ils sont alors contraints d'appeler les secours.

Depuis le 26 décembre, la gendarmerie de montagne (PGM) de Hohrod, effectue en moyenne deux opérations de secours par jour. C'est plus que l'année dernière à la même période. 

Quelques règles de base

Le major Philippe Viré, du PGM, rappelle quelques règles rudimentaires pour éviter de se retrouver coincé : 

Des conseils qui paraissent évidents, mais apparemment pas pour tout le monde. La plupart des randonneurs secourus n'ont pas préparé leur itinéraire en amont et se contentent de suivre les traces laissées par les autres randonneurs. "Ils décident de ce qu'ils vont faire au moment où ils se garent. Donc ils marchent. Ils marchent. Et au lieu de faire demi-tour, ils pensent qu'ils peuvent faire une boucle. Mais ils se retrouvent épuisés, frigorifiés, trempés", explique Philippe Viré.

"Malgré les appels à la Vigilance, plusieurs groupes de randonneurs se sont perdus dans le mauvais temps", déplorait le 27 décembre sur sa page Facebook le PGM de Hohrod : 

D'autre part, les promeneurs sont souvent peu ou pas équipés. "Ils n'ont pas de raquette, parfois même pas de chaussures de randonnée, ils portent des gants de ville, etc." Le piège est aussi de ne pas considérer qu'un chemin que l'on connaît en été est identique à celui que l'on emprunte en hiver. "Les randonnées dans la neige sont beaucoup plus fatigantes que les randonnées estivales", rappelle Philippe Viré. 

Deux personnes totalement épuisées 

Ce vendredi, deux opérations ont été réalisées par le PGM de Hohrod: la première à Frankenthal où les gendarmes ont secouru deux personnes totalement épuisées. Elles étaient parties se promener du côté du col de la Schlucht sans raquette sur un chemin recouvert d'un mètre de neige en moyenne et jusqu'à deux mètres à certains endroits. Les gendarmes sont allés leur porter secours à l'aide de deux quads.

Une autre opération a été réalisée pour porter secours à une skieuse qui s'était blessée après avoir chuté plusieurs fois. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne nature sécurité société