Vosges : les défenseurs de la nature estiment le massif en danger et réclament des mesures contre les nuisances des voitures et des motos

SOS Massif des Vosges, Alsace Nature et le collectif pour la quiétude et la sécurité dans le massif des Vosges organisent dimanche 26 juin une manifestation au col de la Schlucht. Ils réclament des mesures fortes contre les nuisances des voitures et des motos.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

SOS Massif des Vosges, Alsace Nature et le collectif pour la quiétude et la sécurité dans le massif des Vosges organisent dimanche 26 juin 2022 une manifestation et un pique-nique au col de la Schlucht. Les défenseurs de la nature et du cadre de vie réclament des mesures fortes contre les nuisances engendrées par la circulation exponentielle des voitures et des motos en période de beau temps. Dominique Humbert, président de SOS Massif des Vosges explique les raisons de cette action protestataire.

Dominique Humbert, quel est le problème avec la circulation des véhicules à moteur dans le massif des Vosges ?

Le problème, ce sont les nuisances sonores des voitures et essentiellement des motos, des motards non respectueux de la règlementation. Les habitants et usagers du massif subissent des nuisances insupportables. Dans certains secteurs on a dénombré le passage de 150 motos par quart d’heure dans un vacarme épouvantable au point que certains habitants ne pouvaient pas rester dans leurs jardins. Mais le problème, ce n’est pas tellement le nombre de véhicules mais ceux qui sont bruyants et ne respectent pas les limitations de vitesse.

Cela fait un certain nombre d'années que vous réclamez des mesures, rien n'a été fait pour lutter contre ces nuisances ?

Pourquoi une nouvelle manifestation ? Parce que nous avons constaté que les mesures efficaces qui pourraient être décidées ne le sont pas. Les quelques mesures qui ont été prises sont de façade, laissant penser que les élus font quelque chose. On reconnait qu’il y a eu une augmentation des contrôles de vitesse et de bruit sur le massif par les forces de l’ordre. Elles ont produit quelques effets mais c’est loin d’être suffisant.

le problème, ce n’est pas tellement le nombre de véhicules mais ceux qui sont bruyants et ne respectent pas les limitations de vitesse

Dominique Humbert, président de SOS Massif des Vosges

Que demandez-vous pour agir vraiment contre ces nuisances ?

Nous proposons la fermeture de certains tronçons de route qui sont déjà fermés six mois pendant l’hiver. Le tronçon entre le col de la schlucht et le col du Calvaire traverse la réserve naturelle du Gazon du Faing qui est profondément affectée pour le bruit des véhicules à moteur.

La route des Crêtes est une route touristique et nous demandons la limitation de vitesse à 40 Km/h parce que nous pensons que cela découragera ceux qui viennent là pour autre chose que la nature. Enfin, il faut envoyer un signal très clair  aux usagers : les Vosges ne sont pas un circuit de vitesse où l’on vient jouer et faire du bruit, c’est un espace naturel que l’on doit respecter en tant que tel.

L'affluence touristique est aussi une source de revenus pour l'économie du massif, comment concilier les deux ? 

Quand il y avait moins de monde, les commerçants, et les restaurateurs vivaient très bien. On a l’impression aujourd’hui qu’il faut faire venir de plus en plus de monde et développer les attractions, des centres de loisirs, des "Disneyland" partout. C’est une vision totalement absurde. On est en train de tuer la poule aux œufs d’or. Beaucoup de gens qui sont amoureux de la nature ne viennent plus parce que c’est devenu insupportable.

On ne veut interdire à personne la fréquentation du massif, tout le monde a le droit de venir profiter du silence, de la nature et de la beauté des paysages mais personne n’a le droit de venir dégrader tout ça. Il faut vivre la nature pour ce qu’elle est et non ce pour quoi on voudrait qu’elle soit.

La réaction de la Fédération des motards en colère 88

(Michel Lelèvre, coordinateur fédération des motards en colère 88) A la FFMC, nous avons toujours prôné le partage de la route et sommes attentifs à la question du bruit. A tel point que dimanche 19 juin, nous avons installé un "relais calmos" au col du Bonhomme avec des sonomètres pour sensibiliser les motards sur le thème : "Le bruit va tuer la moto" 

Quelles solutions proposez-vous pour réduire les nuisances sonores ?

Il faut faire de la pédagogie. Il y a deux ans, nous avons fais un sondage. 1/3 des motards interrogés étaient persuadés que le bruit sauve des vie, or c'est faux !  La solution est simple, il existe sur la carte grise de la moto un nombre de décibels autorisés donc il faut que les forces de l'ordre contrôlent le respect des niveaux sonores. Les fautifs doivent être sanctionnés.

Votre réaction concernant la manifestation de dimanche prochain ?

Si vous regardez l'affiche de SOS Massif des Vosges qui appelle à la manifestation, on ne parle que des motards et pas des autres usagers : automobilistes, club Porsche et et autres camping cars qui polluent beaucoup.

Ce sont toujours les motards qui sont stigmatisés

Michel Lefèvre, coordinateur de la FFMC 88

Quant à réduire la vitesse à 40km/h, ça n'a pas de sens car les motos seront contraintes de rouler en première ou deuxième donc en régime élevé et forcément plus bruyant ! Enfin, je rappelle que 30% du chiffre d'affaire des restaurateurs du massif ce sont les consommations des motards.