Vosges : pourquoi les stations de ski sont menacées par le réchauffement climatique

L'or blanc des Vosges est-il menacé par le réchauffement climatique ? / © France 3 Lorraine
L'or blanc des Vosges est-il menacé par le réchauffement climatique ? / © France 3 Lorraine

Neigera ? ou neigera pas ? c'est une question qui se pose chaque année. Dans les Vosges, si la saison n'est pas terminée elle s'annonce plus que difficile, en raison des températures élevées. Au fils des années certaines stations de ski ont déjà fermé boutique et d'autres pourraient suivre. 

Par Francine Dubail

Cette année même la production de neige de culture est devenue compliquée en raison des températures trop élevées. Les professionnels misent sur les vacances de février  pour sauver la saison, mais l'année 2020 risque d'être une année noire. Depuis des années, au fil du temps certraines stations vosgiennes ont déja fermé boutique, et d'autres pourraient suivre. D'ici à 30 ans combien seront-elles sur le massif ? devront-elles raccrocher les skis faute de neige ?

Deux chercheurs de l'université de Lorraine nous aident à comprendre ce qui nous attend.
Pierre-Henri BLARD et Guillaume PARIS, paléoclimatologues, chercheurs CNRS au CRPG ont répondu à nos questions.


Les stations vosgiennes menacées par le réchauffement climatique ?


Il faut rappeler que la température est un paramètre majeur pour contrôler la présence et la stabilité d’un manteau neigeux. En effet, des températures au-delà de 1°C sont trop élevées pour que les précipitations tombent sous forme neigeuse. Or la pluie n’est pas capable de nourrir un manteau neigeux. Pour que tombe la neige, il faut donc des températures inférieures à 1°C. De la même manière, les canons à neige ne peuvent pas fonctionner et être utilisés pour compenser un déficit quand les températures sont positives.
L’ autre point crucial, c’est la pérennité d’un manteau neigeux, c’est à dire sa stabilité dans le temps. Elle aussi est dépendante des températures. Plus il fait chaud, et plus la neige fond vite. Par exemple s’il fait 10°C de température moyenne pendant 10 jours à Gerardmer, 1 mètre de neige aura fondu.
En conséquence, les tendances actuelles au réchauffement (1°C observé sur le siècle en France, 1.5 à 2°C au moins attendus d’ici 2050) n’est clairement pas favorable à la bonne santé d’un manteau neigeux suffisamment pérenne au sommet des Vosges.
L’enneigement du massif est-il déjà impacté par le changement climatique ?et dans quelle proportion ?
La période de temps sur laquelle nous avons des données d’enneigement du massif vosgien (environ 10 ans) est trop courte pour répondre sans équivoque à cette question.. En revanche, dans les Alpes et d’autres montagnes européennes, nous disposons d'observations sur 50 ans. Par exemple, la période d'enneigement qui étaient en moyenne d'un peu plus de 150 jours par an entre 1960 et 1989 dans les Alpes est passée à 120 jours par an entre 1989 et 2009, soit une baisse de l'ordre de 20%.

- Quelle est l’évolution de l'enneigement ?

Même si les évolutions climatiques nécessitent plus de 30 ans de données, il y a peu de raison de penser que l’enneigement des Vosges se comporte différemment de ce celui Alpes. Comme les stations vosgiennes sont de faible altitude (< 1200 m), leur sensibilité au réchauffement est clairement plus importante que celles des hautes stations des Alpes (> 2000 m).

- Est-il et sera t-il encore plus difficile de faire de la neige de culture ?

La hausse des températures a deux conséquences. Premièrement, il est plus difficile de faire de la neige, les canons opérant généralement à une température proche de zéro ou négative. De plus, cette neige tiendra moins longtemps, nécessitant d'en fabriquer plus. Ainsi, le recours aux canons impliquera de consommer de plus en plus d'eau et d'énergie, quand il ne sera pas tout simplement impossible de produire artificiellement de la neige.

- Quelles sont vos projections ?

La France est exposée à des hausses de température moyenne de l’ordre de 1.5 degrés de plus d'ici 2050, même en supposant des scénarios d’émissions de CO2 les plus vertueuses sur le plan environnemental (Rapport 1.5°C du GIEC, https://www.ipcc.ch/sr15/). Les températures moyennes de janvier étant actuellement de l'ordre de -1°C dans les Vosges, une telle hausse de température est suffisante pour compromettre le maintien d'un manteau neigeux pérenne et exploitable pour le ski.

- Pourra-t-on encore skier dans les Vosges ?

A l’heure actuelle, une modélisation régionale du manteau neigeux spécifique aux Vosges n’a pas encore été réalisée. Les études portant sur les Pyrénées et les Alpes du Nord indiquent que la quasi-totalité des stations localisées autour de 1500 m deviendront difficilement praticables, même en recourant au canon à neige, à l'horizon 2030-2050, à moins d'une diminution drastique des émissions de gaz à effet de serre.

-Les Vosges sont-elles davantage impactées par le réchauffement climatique

De manière générale, les montagnes sont plus sensibles au réchauffement climatique que les plaines. En effet, avec la hausse de température, l'atmosphère est plus humide et conduit mieux la chaleur, permettant aux plus hautes altitudes de se réchauffer plus vite. Ces effets sont complexes et nécessiteraient une étude spécifique portant sur les Vosges, notamment pour comprendre l'avenir du manteau neigeux. La tendance est néanmoins générale : on observe de moins en moins de neige et des périodes d'enneigement de moins en moins longues également en Scandinavie, en Suisse, en Italie, en Europe Centrale... Tous les massifs européens sont affectés.
 
 

Sur le même sujet

Les + Lus