Westhoffen : suite aux inscriptions antisémites retrouvées sur 107 tombes, indignation et colère sur les réseaux sociaux

107 tombes ont été profanées au cimetière israélite de Westhoffen (Bas-Rhin) / © Document remis, Préfecture du Bas-Rhin
107 tombes ont été profanées au cimetière israélite de Westhoffen (Bas-Rhin) / © Document remis, Préfecture du Bas-Rhin

Mardi 3 décembre, des inscriptions antisémites ont été retrouvées sur 107 tombes du cimetière israélite de Westhoffen et sur l'ancienne synagogue de Schaffhouse-sur-Zorn (67). Un nouvel acte de vandalisme et de haine dans le département qui soulève une vague d'indignation sur les réseaux sociaux.

Par Cécile Poure

L'ancienne synagogue de Schaffhouse-sur-Zorn (67) et le cimetière israélite de Westhoffen (67) ont été profanés par des inscriptions à caractère antisémite. C'est aussi le cas de la mairie de Schaffhouse-sur-Zorn, d'après la préfecture. Ces inscriptions ont été découvertes hier, mardi 3 décembre. De nouveaux actes de vandalisme et de haine qui viennent s'ajouter à une liste déjà longue dans le Bas-Rhin. Depuis juillet 2018, on dénombre une dizaine de dégradations antisémites de ce type que ce soit sur des bâtiments publics, sur des synagogues ou dans des cimetières juifs.
 

Au lendemain de la découverte, sur les réseaux sociaux, les réaction sont vives. Entre colère et indignation.
 

"Je suis enfant de Westhoffen" 


A la violence de tels actes, Dephine Horvilleur, une des trois femmes rabbins de France, répond par la poésie. Celle des cerisiers en fleurs. Ses grands-parents paternels étaient originaires d'Alsace-Lorraine. "Je suis enfant de Westhoffen, même si je n’y ai jamais mis les pieds. Je suis enfant de Westhoffen où poussent de célèbres cerisiers, même si je ne les ai jamais vu fleurir. Je sais qu’ils sont plantés là , précisément où s’enracinent les traces de ma famille, sur cette terre où a joué et ri mon grand-père, celle où son propre grand-père, instituteur du village, emmenait rire et jouer ses élèves."
 


Le cimetière juif de Westhoffen est un des plus anciens d'Europe (1559) et un des plus emblématiques aussi. Y sont enterrés les ancêtres de l'ex-président du Constitution Jean-Louis Debré, de l'ancien président du Conseil Léon Blum et de Karl Marx.
 

 

"Qui osera prétendre que l'Alsace n'a pas un problème avec l'antisémitisme ?" 


Beaucoup d'indignation évidemment aussi ce matin. Celle de Michel Deneken d'abord. Le doyen de l'université de Strasbourg, prêtre catholique et théologien pose le problème récurrent de l'antisémitisme en Alsace "Qui osera prétendre que l’Alsace n’a pas un problème avec l'antisémitisme ?"
 

Pernelle Richardot, adjointe au maire de Strasbourg, ne dit pas autre chose et dénonce " le repli identitaire dans lequel s’enfonce chaque jour un peu plus l’Alsace et qui réveille la bête immonde." 
 
 
Maurice Dahan, président du consistoire israélite du Bas-Rhin fait le même constat.

Certains anonymes vont plus loin. 


"La plus grande fermeté" 


La tristesse, l'indignation et bien évidemment la colère. Ce matin, beaucoup en appelle à la plus grande fermeté. Emmanuel Macron dès hier. 

Même exemplarité demandée par les élus locaux comme Jean Rottner, président du Conseil régional, Roland Ries, maire de Strasbourg ou Martine Wonner, députée du Bas-Rhin qui vient de signer avec 23 de ses collègues une tribune en lien avec une résolution contre l'antisémitisme votée hier dans l'hémicycle.
 




 

Sur le même sujet

Les + Lus